Comment savoir si un broker est autorisé en France ?

Quand j’ai commencé à investir en bourse, je ne connaissais aucun broker. Tout était abstrait. Je ne me doutais pas du tout qu’il pouvait exister des brokers frauduleux. J’étais en train de surfer sur internet, comme à mon habitude. Et mon regard s’est fixé sur un encart publicitaire vantant les gains possibles en bourse sans bouger de ma chaise.
Si je n’avais pas été prudent, j’aurais pu placer une partie de mes économies sur ce site douteux ( je l’ai su quelque temps plus tard ) vers lequel on essayait de me rediriger. J’aurais probablement joué à l’apprenti trader pendant quelques jours, voir quelques semaines, et à un moment donné, voulant récupérer mon capital, je me serai sûrement retrouvé devant un mur… Sans réponse à mes mails ou à mes appels téléphoniques… ou que sais-je encore.

Si tu lis cet article, c’est que tu souhaites, toi aussi, placer une partie de ton épargne sur les marchés financiers ou que tu te poses tout simplement des questions sur la manière d’éviter ces sites frauduleux. Je vais donc tenter de te donner quelques pistes.

1ère étape : s’informer auprès de l’AMF ( Autorité des Marchés Financiers )

La liste noire publiée et actualisée par l’AMF

Cette première phase, qui consiste à aller consulter la liste des sites non autorisés par l’Autorité des marchés financiers à proposer des instruments financiers en France, a été plutôt bien relayé par les différents acteurs de la finance en ligne ( blogueur, site d’informations, brokers… ).

Cette liste est disponible sur leur site internet, www.amf-france.org, à travers le chemin suivant :

La liste noire de l'AMF

Espace épargnant → Protéger son épargne → Listes noires

Il en existe plusieurs ( forex, crypto-actifs, options binaires et bien divers ) et elles sont régulièrement mises à jour. Au moment où j’écris cet article ( mi-décembre 2018 ), la dernière mise à jour concernant le forex a été effectuée le 30 novembre 2018. Il y a donc environ 15 jours à peine. Cela montre la réactivité de la structure même si on peut comprendre qu’il soit difficile de repérer ce type d’agissement dans un délai très court.

Comme tu peux le constater, le broker XTB, que je vais utiliser comme exemple dans cet article, ne fait pas partie des brokers inscrits sur cette fameuse liste noire. C’est un point positif mais il ne faut pas s’arrêter là.

Le service « Epargne Info Service »

De son vrai nom Assurance Banque Epargne Info Service ( ABEIS ), ce service public crée en 2010 est le résultat de la collaboration entre l’AMF, l’ACPR et la Banque de France. Il donne la possibilité aux investisseurs de poser leurs questions sur les produits d’épargne et de la bourse.

ABEIS ( Assurance Banque Info Service )

Pour consulter ce service, deux moyens sont mis à ta disposition :

  • Par téléphone au 01 53 45 62 00 ( du lundi au vendredi de 9h00 à 17h00 )
  • Par internet à l’aide du formulaire en ligne, disponible sur cette page.

A titre d’information, la plateforme téléphonique d’ABEIS a enregistré un total de 390 800 appels au cours de l’année 2017, dont 11700 en rapport avec la bourse et les placements financiers. Si tu souhaites en savoir plus, je t’invite à consulter le rapport annuel 2017.

2ème étape : Le site REGAFI

Comme je l’ai dit précédemment, le fait que le site ne soit pas inscrit dans la liste noire de l’AMF ne signifie pas pour autant qu’il est autorisé à avoir une activité sur le territoire français. Pour aller plus loin, il est possible de vérifier la légalité du courtier d’une autre manière.

Ce procédé consiste à aller sur le site de l’ACPR ( Autorité de Contrôle Prudenciel et de Résolution ). Une de ses missions étant de superviser le secteur bancaire, elle met à disposition du public, une base de donnée nommée REGAFI ( Registre des Agent Financiers ). Celle-ci permet, à chaque investisseur particulier en quête d’un broker fiable, de vérifier que ce dernier dispose bien des autorisations nécessaires pour opérer en France.

Pour cela, on va utiliser deux moyens différents pour rechercher le broker sur REGAFI :

  • Par dénomination

C’est le moyen le plus simple car il suffit de taper le nom du broker. Toutefois, il existe un inconvénient majeur. En effet, les résultats peuvent être nombreux pour une même dénomination ce qui peut porter à confusion. De plus, certains brokers utilisent un nom commercial pour leur activité. C’est le cas d’XTB dont le nom est en réalité X-TRADE.

REGAFI PAR DENOMINATION

La recherche avec le nom XTB renvoi vers deux résultats. Ces derniers ne correspondent pas à notre broker car le numéro d’enregistrement est différent dans les deux cas ( 74358 et 74982 ). De plus, on constate que l’adresse est à Chypre alors qu’XTB possède une succursale à Paris en France.

  • Par numéro SIREN

Le numéro SIREN, c’est le numéro qui est attribué à une entreprise lors de sa création. Il est composé de 9 chiffres. Si tu connais celui du broker, tu peux utiliser cette méthode qui a l’avantage d’être plus sûre car ce numéro est unique. Le risque de se tromper est absent.

REGAFI PAR SIREN

Si on effectue la recherche pour le broker XTB, on tombe bien sur un seul et unique résultat. Le numéro d’enregistrement est identique à celui affiché sur leur site. Dans le détail, on peut voir que l’adresse correspond bien à leurs locaux dans la capital. Et enfin, les 8 premiers chiffres du numéro de téléphone, affiché sur REGAFI, sont identiques à ceux du numéro de l’accueil téléphonique du broker ( dans la rubrique « contact » du site web ).

REGAFI DETAIL

Si tu veux aller encore plus loin, tu peux également regarder en détail les autorisations en fonction des services et des instruments que le broker a le droit de proposer aux clients français.

REGAFI détail des autorisations

REGAFI LEGENDE

3ème étape : le sens du détail

Cette dernière phase de ta recherche tient du bon sens. Je ne sais pas pour toi, mais pour ma part quand je reçois un mail, je fais toujours attention aux détails. C’est vrai, je serai incapable de te dire le nombre de mails frauduleux que je reçois chaque semaine. Bien souvent, il suffit de quelques secondes pour déceler une ou plusieurs anomalies.

Les éléments à regarder sur le site du broker

Dans la liste ci-dessous, je te partage les éléments qui, selon moi, sont indispensable à vérifier avant de tenter la moindre ouverture de compte chez un broker. Les voici :

  • Le site est-il en Français ( ou existe-t-il une traduction ) ?
  • Une page contenant les mentions légales est-elle présente
  • Le ou les numéro de téléphone affichés sur le site correspondent à des numéros français ?
  • Quel type de résultat donne une recherche sur Google à partir du nom du broker, des numéros de téléphone voir des mails présents sur le site ?
  • Quel est l’historique de la société ? Est-ce une nouvelle entreprise ou a-t-elle déjà plusieurs années d’expérience dans le domaine ?
  • La société possède-t-elle des bureaux en France ?
  • A-t-elle une présence numérique sur internet en dehors des annonces publicitaires ? Parle-t-on d’elle sur les réseaux sociaux, Youtube, blogs ( attention aux faux témoignages ) ?

Les éléments dont il faut prêter attention en dehors du site

Il existe d’autres informations qui peuvent te donner des indices sur la fiabilité du broker et qui ne sont pas visibles sur le site en lui-même. Ce travail demande un peu d’effort mais si tu es prêt à déposer plusieurs milliers d’euros chez un courtier en ligne, quelques minutes de ton temps ne sont pas de trop pour t’assurer de la sécurité de tes fonds.

  • Le service client est-il en français ? Si oui, les écrits sont-ils rédigés correctement ? Les personnes donnent-elles l’impression d’être compétente dans leur domaine ?
  • Le broker est-il régulé par une autorité ( AMF, CySec, FCA, SEC ) ? Tous n’offrent pas les mêmes garanties aux clients.
  • Celui-ci propose-t-il un compte de démonstration ?
  • Reçois-tu de nombreuses relances ( téléphonique ou par mail ) t’incitant à déposer des fonds le plus rapidement possible ?

Conclusion

A travers cet article, je viens de te partager la plupart des éléments que j’estime indispensable à vérifier avant de déposer le moindre euro chez un courtier en ligne. Je ne suis moi-même pas parfait et j’avoue ne pas faire ce travail préalable à chaque fois. Pourtant, c’est le premier pas vers un investissement réussi. En effet, ce serait dommage d’ouvrir un compte de trading, réaliser des plus-values et ne pas pouvoir récupérer ton capital par la suite.

Si tu as des questions ou que tu souhaites partager, toi aussi, des informations que je n’ai pas abordé dans cet article, laisse un commentaire en dessous.

D'autres articles qui pourraient t'intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *