Accueil Actualités Expatriation : les 3 pays où j’aimerais partir vivre

Expatriation : les 3 pays où j’aimerais partir vivre

Depuis quelques mois, je pense sérieusement à m’expatrier afin de commencer une nouvelle vie ailleurs. Je ne suis pas pour autant pressé et je suis prêt à attendre quelques années afin d’avoir les ressources suffisantes pour subsister en partie à mes besoins (logements, nourriture, mutuelle, activités).

Je dis bien « en partie » car comme je vous l’avais présenté dans l’article « Devenir rentier en 10 ans : un rêve inaccessible », mon souhait est de me constituer une rente de 1 000€/mois à terme avec les dividendes. Un complément de revenus parallèle qui permettra d’amortir le choc si d’aventure, les choses ne se déroulaient pas comme prévu.

Dans cet article, je vais vous dévoiler les 3 pays dans lesquels je me verrais bien vivre dans un futur plus ou moins proche dont le coût de la vie est suffisamment bon marché pour vivre avec un budget raisonnable (moins de 3 000€ par mois). Et les raisons qui m’ont poussé à les sélectionner.

Les informations disponibles dans cet article ne constituent pas un conseil en investissement ou une incitation à investir.

Le Portugal

Un aperçu de la capitale Lisbonne

Un aperçu de la capitale Lisbonne

J’ai identifié le Portugal comme un premier point de chute privilégié si j’étais amené à m’expatrier en raison de sa proximité avec la France. N’étant pas très aventureux de nature, le fait de commencer avec une destination proche de mes racines (1h30 de vol de la France) me laisserait la faculté de pouvoir revenir quand bon me semble.

D’autre part, le fait que le pays soit dans l’Union européenne permet de goûter aux joies de l’expatriation tout en bénéficiant d’une transition en douceur. Notamment grâce aux démarches administratives simplifiées et le style de vie à l’occidentale.

Par ailleurs, j’ai déjà eu l’occasion de visiter Lisbonne, la capitale, ainsi qu’une autre grande ville, Porto (237 000 habitants). Et ce court voyage, même s’il a été réalisé avec une vision de simple touriste, m’a permis de découvrir une population charmante et une culture enrichissante.

 D’après les données que j’ai pu glaner sur internet, le coût de la vie est 34% moins élevé qu’en France. Une information qui semble fiable d’après les prix que j’ai pu voir moi-même là-bas.

La météo est un élément qui a également toute son importance. La température s’approche de celle que l’on peut ressentir dans le sud de la France. Autrement dit, un hiver doux et un été chaud (mais pas trop).

Pour finir, la fiscalité n’est pas un élément qui pourrait motiver mon choix de partir vivre au Portugal. Avec des tranches allant de 14.5% à 48%, l’impôt sur le revenu portugais possède un barème plus sévère que son homologue français (0% à 45%).

Un constat à tempérer car le Portugal propose le statut de résident non habituel (RNH) qui permet d’être imposé à un taux forfaitaire de 20% pour les actifs au lieu du barème précédent. Pour cela, il faut respecter certains critères :

  • Ne pas avoir fait la demande de statut RNH pendant les 5 années précédentes.
  • Avoir vécu plus de 183 jours dans le pays au cours de l’année écoulée ou démontrer son intention de vouloir y vivre de manière durable.
  • Exercer une activité à forte valeur ajoutée.
  • Plateforme Xstation
  • Offre sans commission
  • Plus de 53 000 clients actifs

La Taïlande

La ville de Bangkok en Thaïlande

La ville de Bangkok en Thaïlande

Lorsque je pense à la Thaïlande, j’imagine des plages aux eaux turquoise, la découverte de plats savoureux et la présence d’une culture totalement différente. Une vision idéaliste de ce pays de 69 millions d’habitants qui je l’espère se confirmera si un jour j’ai l’opportunité de m’y installer.

Si j’ai opté pour la Thaïlande dans ma shortlist, c’est aussi parce qu’elle représente une destination idéale qui promet un dépaysement total, à condition d’éviter les lieux les plus touristiques. Le tout en étant situé à un carrefour de l’Asie. En effet, l’avantage de résider en Thaïlande, c’est de pouvoir voyager dans les pays voisins à moindre frais (Japon, Australie, Indonésie…).

De plus, le coût de la vie en Thaïlande est encore moins élevé qu’au Portugal. De nombreux exemples d’expatriés pullulent sur la plateforme YouTube qui montrent qu’avec un budget réduit, il est tout à fait possible de vivre paisiblement et de profiter de ce qu’offre le pays.

Côté inconvénients, résider de manière permanente en Thaïlande est difficile si l’on ne possède pas un travail sur place, si l’on n’est pas retraité ou en couple avec un/une thaïlandais(e). D’après mes recherches, le visa touriste permet de séjourner jusqu’à 90 jours sur place. Un autre visa nommé « Elite » octroi le droit de rester sur le territoire pendant une période allant de 5 à 15 ans dont la formule la moins chère démarre à 15 000€.

Si un jour, je suis amené à choisir la Thaïlande, il faudra que je réfléchisse à la manière de m’adapter au système de visas. Notamment au fait de devoir alterner avec d’autres pays afin de pouvoir respecter les durées de séjours autorisées.

Pour en terminer avec la Thaïlande, il faut parler de la météo. En effet, la chaleur écrasante pendant toute l’année (33-37°) pourrait s’avérer difficilement supportable même si la présence de climatiseurs semble généralisée.

Le Vietnam

Une vue aérienne du Vietnam

Une vue aérienne du Vietnam

Bien que je ne sois pas très original en choisissant un pays proche de la Thaïlande et donc toujours dans la même zone du Globe, je reste fortement attiré par cette partie du Monde. La particularité du Vietnam, c’est qu’il semble un peu plus préservé du tourisme de masse.

Avec ses vastes côtes, ses plages paradisiaques et son climat tropical (30-35°), le Vietnam possède de nombreux atouts. Et sa « Street Food » a l’air particulièrement appétissante même si je n’ai pas encore eu l’occasion de tester. Vous pouvez en découvrir un aperçu dans cet article.

Ce pays, de 96 millions d’habitants (vs 67 millions pour la France), voisin du Cambodge, connait une croissance soutenue. Avec une hausse ininterrompue du PIB compris entre 6 et 7% chaque année, Le Vietnam a par ailleurs réussi l’exploit de garder une dynamique positive malgré les retombés sanitaires du Covid-19 (+2.9% en 2020).

Si je donne cette information, c’est parce que beaucoup de français considèrent que des pays comme le Vietnam ne sont intéressants qu’en raison du faible coût de la vie qui y règne (48% moins élevé qu’en France au passage). Contrairement aux idées reçues, il apparait sous de nombreux aspects bien plus modernes que la France.

Comme pour la Thaïlande, le Vietnam autorise les français à séjourner pendant 90 jours sur son sol pour ceux qui détiennent le visa tourisme. Pour prolonger le séjour, il est nécessaire d’effectuer un aller-retour à partir d’un autre pays. Une difficulté là encore si j’envisage de choisir cette destination dans le futur.

Découvrir aussi :

Quel pays choisir pour m’expatrier dans quelques années ?

Même si ma décision n’est pas encore arrêtée à ce jour, il est clair que je souhaite partir vivre à l’étranger un jour afin de goûter à l’expatriation. Mais surtout, à l’envie de changer de quotidien et découvrir de nouvelles choses (culture, nourriture, style de vie).

Je pense, dans un premier temps, privilégier le Portugal afin d’effectuer cette bascule en douceur. Et par la suite, pourquoi pas partir à l’autre bout du Globe. L’idée de changer régulièrement de pays en séjournant quelques mois dans l’un ou dans l’autre est également une solution. À voir si le fait de me sentir « nomade » toute l’année est vraiment ce que je recherche.

Et vous si vous aviez le choix de partir vivre à l’étranger grâce à vos revenus boursiers (en partie ou en totalité), quels pays choisiriez-vous ?


  • Plateforme Xstation
  • Offre sans commission
  • Plus de 53 000 clients actifs

Le Trader du Dimanche

Le Trader du Dimanche est investisseur pour compte propre. Spécialisé dans la formation et la vulgarisation du monde de la bourse, il rassemble, sur sa chaîne YouTube, une communauté de plus de 9 000 membres auprès de laquelle il partage son expérience de plus de 10 années passées sur les marchés financiers.