Accueil Dossiers Faut-il acheter des actions cycliques ou défensives ?

Faut-il acheter des actions cycliques ou défensives ?

Article mis à jour le : 13 octobre 2021

Gérer son épargne via l’investissement en bourse demande un travail méticuleux dans le choix des actions à intégrer en portefeuille. Une tâche qui allie gestion du risque et performance.

Alors que certains investisseurs se contentent d’acheter des actions en en se reposant sur des critères tels que le rendement, l’historique de son cours ou encore la composition du capital qui peut la rendre opéable, d’autres préfèrent effectuer un premier tri en fonction de l’activité.

Dans cet article, nous allons étudier les différences entre les actions cycliques et défensives à travers la corrélation (ou non) qu’elles entretiennent avec les différents cycles économiques. Nous verrons également à quel point il est utile de mixer les deux afin de diversifier son portefeuille et ainsi mieux gérer son risque.

Qu’est-ce qu’une action cyclique ?

On définit une action cyclique par le fait que son activité, et donc ses résultats, sont dépendant de la bonne santé (ou non) de l’économie.

Le cours de bourse de ce type de sociétés cotées a donc tendance à fluctuer plus ou moins fortement selon que l’environnement macro soit propice aux affaires (période de croissance) ou au contraire dans une situation qui s’apparente à une crise (ralentissement de la croissance ou décroissance).

Certains secteurs d’activités sont connus pour être cyclique, à l’image du Luxe (LVMH, Kering, Hermès…), de la finance (Société Générale, Axa, BNP Paribas…) ou encore l’automobile (Stellantis, Renault, Faurecia…). La liste n’est évidemment pas exhaustive (hôtellerie, compagnie aérienne…).

En effet, lorsque l’économie va mal, les particuliers tendent à épargner. Ils se détournent donc des dépenses superflues ou dites « de confort » pour se recentrer sur leurs besoins primaires car ils n’ont pas confiance dans le futur.

Par ailleurs, les professionnels adoptent un comportement semblable car ils reportent leurs projets d’investissement et cherchent à optimiser leurs coûts.

L'évolution trimestrielle du PIB en France entre le 1er janvier 2020 et le 30 juin 2021

L’évolution trimestrielle du PIB en France entre le 01/01/2020 et le 30/06/2021

L’exemple du titre Publicis

Si on observe l’évolution du titre Publicis Groupe sur les deux dernières années (10/2019 – 10/2021), soit une période qui englobe la dernière crise financière liée au Covid-19, on peut apercevoir clairement la corrélation entre l’action et son indice de référence (le CAC 40).

Alors que le titre a perdu plus de la moitié de sa valeur au cours du 1er trimestre 2020, la dynamique qui a suivi montre bien que lorsque l’optimisme des investisseurs à propos de l’économie réapparait, une valeur cyclique rebondit rapidement.

Publicis Groupe une valeur cyclique

Publicis Groupe : une valeur cyclique

  • Plateforme Xstation
  • Offre sans commission
  • Plus de 53 000 clients actifs

Qu’est-ce qu’une action défensive ?

Les actions défensives, en opposition aux valeurs cycliques, se caractérisent par une meilleure résistance aux aléas des cycles économiques. Elles possèdent donc une sensibilité moins prononcée face aux crises financières car elles sont décorrélées du pouvoir d’achat des particuliers comme des entreprises.

Parmi les secteurs d’activités considérés comme défensif, on retrouve celui de la grande distribution (Casino, Carrefour, Rallye…), des services aux collectivités (Veolia, Suez, EDF…) ou encore celui de la santé (Sanofi, Eurofins Scientific…).

D’un point de vue uniquement boursier, le cours d’une action défensive connait une forme de résilience lorsque l’économie fait l’objet d’un essoufflement ou d’un effondrement passager, ce qui peut sembler être un avantage lorsque les investisseurs cherchent à protéger leur capital.

En revanche, lorsque la croissance repart, une action défensive va bénéficier dans une moindre mesure de ce nouvel élan, ce qui peut donner le sentiment à certains boursicoteurs de manquer des opportunités.

L’exemple du titre Orange

Contrairement à l’exemple précédent dans lequel nous avions vu que l’action Publicis réagissait fortement aux craintes et espoirs des opérateurs, ici, on s’aperçoit qu’une valeur défensive telle qu’Orange a mieux résisté à la déflagration boursière engendrée par l’annonce du confinement au printemps 2020.

En effet, avec une perte équivalente à 1/3 de sa valeur, elle a permis aux actionnaires de limiter leurs pertes pendant la chute.

Toutefois, la suite nous montre que le rebond du CAC 40 dans les mois qui ont suivis n’a pas eu d’effets particuliers sur l’action qui a continué à végéter dans une zone comprise entre 9€ et 11€.

Orange une valeur défensive

Orange : une valeur défensive

Actions cycliques vs défensives : un enjeu de diversification

Choisir d’investir sur des actions cycliques ou défensives dépend à la fois de votre aversion au risque et de votre besoin de diversification.

La question que vous devez vous posez est la suivante : « est-ce que les titres que je possède en portefeuille sont capables de résister à une chute sévère des marchés dans les semaines ou mois à venir ? »

Au fond, la réponse à cette question réside bien souvent dans l’élaboration d’un portefeuille composé à la fois d’actions cycliques et défensives. Et en particulier si vous avez une approche à long terme.

Le but étant d’avoir une pondération plus importante d’actions défensives lorsque les marchés financiers sont sur des points hauts. Et à l’inverse, d’accroître les actions cycliques lorsque l’économie redémarre et que les perspectives sont un peu plus claires.

Si vous ne vous sentez pas suffisamment expérimenté pour sélectionner vous même ces titres, vous pouvez vous rabattre  sur un fonds indiciel tel qu’un ETF CAC 40 par exemple qui sera composé des deux types de valeurs.


  • Plateforme Xstation
  • Offre sans commission
  • Plus de 53 000 clients actifs

Le Trader du Dimanche

Le Trader du Dimanche est investisseur pour compte propre. Spécialisé dans la formation et la vulgarisation du monde de la bourse, il rassemble, sur sa chaîne YouTube, une communauté de plus de 9 000 membres auprès de laquelle il partage son expérience de plus de 10 années passées sur les marchés financiers.