Une société sous-valorisée est parfois une cible pour un prédateur en bourse

On discute à propos de l'investissement sur les actions. PER, bilan d'entreprises, ratio, dividendes...etc
Avatar du membre
Trader du Dimanche
Administrateur du site
Messages : 38
Enregistré le : 14 mai 2018 23:01
Contact :

Messagepar Trader du Dimanche » 06 juil. 2018 20:07

En congés depuis une semaine, je vous avais fait part sur Twitter que je m'étais lancé un défi de faire 5 vidéos ( + 5 articles ) en 5 jours...
Nous sommes à la fin des 5 jours et le bilan est que j'ai réussi à en faire 4 mais là n'est pas la question.

Je dis cela car la 4 ème vidéo qui sera publiée dans un mois, portera sur un sujet qui a un rapport avec le post que j'écris ici.

En parcourant le site boursier.com, je suis tombé sur un article ( http://urlz.fr/7mI5 ) qui dit, grosso modo, que la banque JP Morgan pourrait, potentiellement, être intéressé par le rachat de de la Deutsche Bank. Outre le fait que la première a une capitalisation boursière quasiment 20 fois supérieure, ce qui rend l'opération largement possible, il est intéressant de voir qu'une société qui est mal en point de manière passagère ( on se rappel que cette situation est due à l'amende de 14 milliards de dollars infligée par les Etats-Unis ) fait souvent l'objet de convoitise. Les prédateurs, profite d'une sous-valorisation du titre par le marché qui a anticipé les pertes.

Tout cela nous amène à la fameuse question : Le prix d'une action a-t-il des conséquences sur l'entreprise ?

Eh bien ca sera l'objet de la vidéo du 29 juillet.
"Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite." Henry Ford

Avatar du membre
Trader du Dimanche
Administrateur du site
Messages : 38
Enregistré le : 14 mai 2018 23:01
Contact :

Messagepar Trader du Dimanche » 12 juil. 2018 11:56

Autre élément qu'on pourrait éventuellement ajouter à la réflexion :

Une société A et une société B exerce une activité sur un secteur bien précis. La société A est plus importante que "B" et a donc plus de contrats et par conséquent une plus grosse part du marché.
En effet "B" est un nouvel acteur du marché encore très petit mais avec un fort potentiel de développement car il a développé une nouvelle technique au sein de son business ou une technologie que les autres n'utilisent pas.

La société A, en voyant que "B" est au début de son parcours et qu'il risque de devenir un problème à l'avenir à mesure que sa taille et sa valorisation vont s'apprécier, peut décider de racheter "B" pour se débarrasser d'un concurrent.

A court terme, l'entreprise B n'est pas un problème car elle dispose de peu de moyen, presque aucun contrat et n'est pas valorisé grand chose.
Mais il est intéressant de la racheter tant que le prix de l'action et donc que sa capitalisation est faible pour éviter d'avoir soit un concurrent qui pourrait nuire à la société A plus tard, soit de devoir racheter la "B" beaucoup plus chère.
"Se réunir est un début ; rester ensemble est un progrès ; travailler ensemble est la réussite." Henry Ford