Le classement des 5 sociétés françaises les plus sous-valorisées

Les 5 sociétés du CAC40 les plus sous-valorisées en octobre 2020

Investir en bourse nécessite d’avoir un flair particulier pour dénicher les entreprises dont la valorisation est déconnectée de la réalité. Il s’agit essentiellement d’effectuer une étude minutieuse afin de débusquer les valeurs ayant de grandes chances de voir leurs cours de bourse s’apprécier dans un avenir plus ou moins proche.

Cependant, cette recherche demande de l’expérience. En effet, les aléas financiers que peuvent rencontrer les entreprises à certains moments et les fluctuations boursières peuvent changer la perception d’un investisseur vis à vis d’une société cotée en bourse. Par ailleurs, contrairement aux idées reçus, il existe des sociétés bien établies et stables sur le marché qui proposent une bonne rentabilité et qui en parallèle restent boudées, à tort ou à raison, des investisseurs. Ce qui fait de ces entreprises un terrain potentiellement propice à un investissement.

Avant de se lancer en bourse et de se constituer un portefeuille, il est donc important d’avoir les bons renseignements. Pour vous aider à y voir plus clair, voici un classement des 5 sociétés françaises cotées en bourse dont le potentiel de valorisation est le plus important.

Les entreprises les plus sous-valorisées du CAC 40

Pour classer les différentes entreprises de l’indice phare de la cote parisienne en fonction de leur potentiel de valorisation, plusieurs critères spécifiques ont été pris en compte. Dans cet article, la rentabilité a été calculée en prenant le bénéfice moyen des 5 dernières années. Le but est de présenter les résultats les plus fiables en termes de stabilité des performances et ainsi obtenir une vision globale de chacune d’entre elles.

Les bénéfices font référence à l’argent généré par la société après déduction de toutes les charges ( résultat net ). La capitalisation boursière quant à elle, représente le prix que vaut la société en bourse à un instant T.

Dans ce classement, nous allons prendre en compte le PER (Price Earnings Ratio) afin d’identifier les actions les plus sous-valorisées. Ce ratio s’obtient en comparant la capitalisation boursière d’une société par rapport à son bénéfice par action.

Top 3 des sociétés les plus sous-valorisées en bourse sur le CAC40

Ainsi, sur la période 2015-2019, les 5 entreprises cotées sur Euronext Paris au sein de l’indice CAC40 qui semblent les plus sous-valorisées sont les suivantes :

  • L’entreprise Renault a généré un bénéfice de 15.18 milliards d’euros sur la période 2015-2019 pour un PER qui s’élève à 4.09.
  • BURELLE SA a réussi à dégager un bénéfice moyen de 212.60 millions d’euros et un PER de 6,94.
  • La Société Générale a établi un bénéfice de 3.61 milliards d’euros et un PER de 7,33.
  • La banque NATIXIS n’est pas en reste avec un bénéfice de 1.57 milliards d’euros et un PER de 8.03.
  • TF1 a généré un bénéfice de 112 millions d’euros toujours sur la même période pour un PER de 14.10.

1 – Le Constructeur Automobile Renault

Avec un bénéfice moyen de 3,03 milliards d’euros par an entre 2015 et 2019, Renault est une entreprise particulièrement rentable. Début janvier 2020, alors que le cours de l’action avoisinait les 42€, la capitalisation boursière de l’entreprise s’élevait à peine à 12,42 milliards d’euros avec un PER moyen de 4.09.

Renault est le troisième maillon de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi. Elle forme le troisième meilleur groupe automobile dans le monde et l’une des sociétés françaises les plus riches. Bien que le groupe œuvre à l’international, près de la moitié de son chiffre d’affaire est réalisé en Europe. En 2018, la société a vendu 3,75 millions de voitures. Ces 5 dernières années, ses bénéfices cumulés s’élèvent à 15.18 milliards d’euros.

Le chiffre d’affaire de la société est de 55.53 Mds € en 2019. Dans le classement des entreprises du CAC40 dont le cours de bourse est le plus déconnecté de ses bénéfices, Renault se hisse en première place.

Renault

Les informations disponibles dans cet article ne constituent pas un conseil en investissement ou une incitation à investir.

2 – Burelle SA : Holding française de participation et de portefeuille

Burelle est une Holding française qui emploie près de 27 308 salariés et qui possède des parts dans plusieurs grandes sociétés. En effet, la holding détient 58,51 % des parts de Plastic Omnium ( dans le SBF120 ), une société spécialisée dans la vente des pièces et modules de carrosseries ainsi que dans la vente des conteneurs à déchets. Burelle SA détient également 100 % des parts des sociétés Sofiparc et Burelle participation qui est une société consacrée au capital investissement.

Au cours des 5 dernières années, la holding a généré environ 1,06 milliards d’euros de bénéfice, soit 212.6 millions d’euros par an en moyenne.

En janvier, 2020 Burelle SA totalisait 1,48 milliards d’euros de capitalisation boursière lorsque son cours de bourse avoisinait les 840 euros. Son PER moyen est de 6.94. Entre 2015 et 2019, le chiffre d’affaires de la société demeure en constante hausse.

Burelle

Découvrir aussi :

3 – Société Générale

La Société Générale est une grande banque française fondée en 1864 ( par la famille Rothschild à l’origine ). Spécialisé dans la banque de détail, de financement et d’investissement, le groupe possède 2 740 agences de proximité. Actif dans 67 pays, il compte près de 148 300 collaborateurs.

Entre 2015 et 2019, le chiffre d’affaires ainsi que le résultat net de la Société Générale ont connu une évolution assez remarquable. Ainsi, son Per est estimé à 7.33 et son bénéfice moyen à 3.61 milliards d’euros. Quant à sa capitalisation boursière, elle s’élevait à 26.45 milliards d’euros début 2020.

Même si le rayonnement de la Société Générale n’est plus ce qu’il était avant la crise des Subprimes, elle reste aujourd’hui encore une banque leader dans son domaine.

Société Générale

Découvrir aussi :

4 – La banque NATIXIS

Spécialisée dans la gestion d’actifs et de fortunes, la banque Natixis dispose de plus de 21 600 collaborateurs dans plus de 38 pays. Connue pour sa culture du risque, elle mérite largement sa place dans le rang des sociétés françaises les plus sous-évaluées. En effet, elle a totalisé au cours de la période allant de 2015 à 2019 (5 ans) un bénéfice moyen de 1,57 milliards d’euros ( 7,86 milliards d’euros sur la période )

Avec une capitalisation boursière de 12,62 milliards d’euros en janvier 2020 ( juste avant la crise sanitaire liée au Covid-19 qui a entraîné l’effondrement des marchés boursiers ), la banque disposait d’un PER de 8,03.

Natixis

5 – TF1

Un peu plus loin dans le classement, on retrouve l’entreprise TF1. En plus d’être l’une des chaînes de télévision les plus regardées en France, TF1 est également impliquée dans bien d’autres activités. Il s’agit essentiellement du digital, avec notamment les domaines web tels que Aufeminin, Unify, Doctissimo etc.

Entre 2015 et 2019, TF1 a enregistré un bénéfice moyen de 112 millions d’euros. Début 2020,  la valorisation boursière du groupe était de l’ordre de 1,58 milliards d’euros. Par ailleurs, son PER moyen s’établissait à 14.10.

L’entreprise a connu une année exceptionnelle en 2014 avec un résultat net part de groupe de 412.7M€ ( qui intègre la plus-value liée à la cession du contrôle d’Eurosport à Discovery Communications pour un montant de 299.5M€ ). Depuis, l’évolution de ce bénéfice varie entre 42 et 155 millions d’euros chaque année.

TF1

Nous venons de voir les 5 sociétés françaises les plus sous-valorisées du point de vue du ratio PER. Cependant, il faut noter que les ratios utilisés pour effectuer ces calculs et pour réaliser ce classement ne sont pas figés et pourraient donc connaitre des changements.

En effet comme souligné plus haut, les marchés financiers sont réputés pour être instable et assez imprévisible. C’est ce que nous avons pu constaté pendant l’année 2020 avec la chute des indices boursiers après l’annonce du confinement en mars en raison de la crise sanitaire.

Pour information, ces entreprises sont cotées sur le compartiment A. Elles sont éligibles au PEA ( et compte-titre ) ainsi qu’au SRD ( service de règlement différé ). D’autre part, ce classement est proposé à titre informatif et ne prend pas en compte les éventuels dividendes distribués aux actionnaires.

En savoir plus sur le COURTIER que j’ai sélectionné pour trader sur les marchés financiers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les autres articles

Masterclass XTB

Le TRADING SANS COMMISSION : – PROFITER DE L’OFFRE