Accueil Bourse Actions Vendre une Action en Bourse : 3 Moments Clés

Vendre une Action en Bourse : 3 Moments Clés

  • Actions

Article mis à jour le : 10 juin 2021

Si vous êtes des habitués de la chaîne, vous entendez souvent parler du processus d’investissement en bourse qui consiste à apprendre quel est le bon timing pour faire l’acquisition d’une action sur les marchés boursiers. Pourtant, savoir vendre une une action en bourse est tout aussi important que de savoir l’acheter.

En effet, lorsque votre les titres que vous possédez en portefeuille sont verts, vous pouvez finir par vous attacher à eux car ils représentent une forme de succès.  À l’inverse, quand tout va mal et que la perte latente sur une position s’accroit, vous avez tendance à répéter au fond de vous le fameux adage « pas vendu, par perdu ». 

Dans cet article, nous allons répondre à la fameuse question : quand faut-il prendre ses bénéfices, ou au contraire limiter ses pertes ?

Les informations disponibles dans cet article ne constituent pas un conseil en investissement ou une incitation à investir.

1- Lorsque les objectifs d’investissement sont atteints

Lorsque vous achetez un titre, vous avez un scénario en tête, et vous faites le pari qu’il va se réaliser dans un délai plus ou moins court.

En principe, vous pensez que le cours de bourse ne reflète pas la valeur réelle de l’entreprise. Une fois vos titres acquis sur le marché, vous attendez que les opérateurs s’en rendent compte eux aussi afin que le prix de l’action finisse par être de nouveau corréler à sa valeur intrinsèque.

Dès que la valorisation devient juste à vos yeux, c’est le moment de céder. Même si cela paraît simple, dans les faits c’est parfois plus compliqué. Comme je le disais en introduction, les investisseurs s’attachent souvent aux placements qui présentent de belles plus-values latentes !

Si vous achetez en observant des indicateurs techniques, le principe est exactement le même. En résumé, il faut laisser ses émotions de côté ! Le plus simple est de définir en amont un ordre à seuil de déclenchement, avec une target limit et un stop loss.

Dans un contexte haussier, il est particulièrement difficile de vendre une action. Pas facile d’être à contre-courant… C’est pourtant la seule façon d’anticiper une future baisse. Par définition, on ne sait jamais quand « le plus haut » est atteint. Comme je vous l’expliquais dans l’article sur la préparation à un krach boursier, je détermine auparavant le prix que j’estime être la valeur juste de la société, mais également la limite où je pense que le marché survalorise le titre. Un investisseur averti en vaut deux !

Au contraire, dans un environnement perturbé, il faut tenir bon ! Aussi longtemps que votre thèse est identique, voyez une baisse du cours comme une opportunité de vous renforcer. En revanche, si le placement ne correspond plus à vos critères d’investissement, c’est le moment de changer votre fusil d’épaule.

Trois signes qu'il faut vendre une action en bourse

  • Plateforme Xstation
  • Offre sans commission
  • Plus de 53 000 clients actifs

2- Lorsque les fondamentaux de la société changent

Si votre achat a été motivé par des indicateurs économiques et financiers performants, comme le PER, suivez-les attentivement. S’ils se dégradent, c’est le moment de se poser les bonnes questions.

Des changements au sein de l’entreprise sont parfois imprévisibles. Une modification du business modèle, ou une rotation du management sont autant d’éléments qu’on ne peut pas toujours anticiper, et qui ont un réel impact sur le cours de l’actif. Si vous ne croyez pas dans la nouvelle stratégie de l’entreprise, il est temps de couper votre position.

Un revirement concernant la distribution de dividende de l’entreprise altère radicalement votre thèse d’investissement. Même si la compagnie est en bonne santé, il arrive que le rendement du dividende baisse sur plusieurs exercices. Si votre objectif était de mixer plus-values et dividendes, la rentabilité espérée de votre portefeuille n’est plus du tout la même.

En dehors de ces quelques éléments, il peut advenir que les résultats de la société se dégradent sur le long terme : mauvaises politiques d’investissement, nouvelle concurrence… Pour pouvoir arbitrer, je vous conseille de passer en revue les résultats financiers de la boîte mais également ceux du même secteur d’activité afin de vérifier que ce n’est pas annonciateur d’un problème plus vaste.

3- Lorsque les éléments macroéconomiques ont évolué

Ces deniers mois nous l’ont bien montré, les cygnes noirs, ça arrive ! Je pense que je n’ai vraiment pas besoin de développer l’impact qu’a eu le coronavirus sur certains secteurs, comme celui de l’aérien. Sans forcément aller jusqu’à une pandémie mondiale, parfois, certains secteurs se retournent ou des zones géographiques deviennent plus tendues.

Attention, je ne vous dis pas de tout céder dans la panique, comme de nombreux investisseurs l’ont peut-être fait à tort en mars 2020, alors que les fondamentaux de beaucoup de sociétés étaient alors inchangés.

Si votre thèse d’investissement prenait en compte la croissance du PIB d’un état, ou tout autre élément purement économique qui ne se réalise pas : voulez-vous trainer ce titre comme un boulet pendant des mois, voire des années en attendant d’avoir raison ?

C’est le même principe lorsque l’assouplissement anticipé de certaines réglementations ne se produit pas, à la surprise générale. Mieux vaut couper court et arbitrer ses liquidités dans un secteur plus porteur.

Découvrir aussi :

Conclusion

Je viens de vous l’expliquer, les bons moments pour revendre une action sont plus nombreux qu’on ne le pense ! Eh oui, il ne suffit pas « d’acheter au plus bas et vendre au plus haut » comme on l’entend souvent.

Le timing opportun dépend intrinsèquement de votre thèse d’investissement initiale. Si elle n’est plus d’actualité, ou votre objectif atteint, il faut clôturer votre position. Si vous matérialisez des moins-values importantes, consolez-vous en les imputant fiscalement sur vos futurs plus-values !


  • Plateforme Xstation
  • Offre sans commission
  • Plus de 53 000 clients actifs

Le Trader du Dimanche

Le Trader du Dimanche est investisseur pour compte propre. Spécialisé dans la formation et la vulgarisation du monde de la bourse, il rassemble, sur sa chaîne YouTube, une communauté de plus de 9 000 membres auprès de laquelle il partage son expérience de plus de 10 années passées sur les marchés financiers.