Si tu ne sais pas du tout ce que c’est un CFD et notamment la couverture ( appelé également “marge” ), je vais commencer par te dire ce que ces initiales signifient. C pour « contrat », F pour « for » et D pour « difference » autrement dit «  contrat for difference ». Cela signifie que l’investisseur qui place son argent sur ce type de produit encaissera une plus-value ou une moins-value en fonction de l’évolution entre le prix de vente de celui-ci et le prix d’achat à l’origine. En soi, c’est identique à ce que tu peux faire sur les actions.

Les caractéristiques du CFD

La différence c’est que le CFD est un produit dérivé. Lorsque tu investis sur un CFD, tu passes en réalité un contrat avec ton broker. Grosso modo, tu vas acheter un produit qui va répliquer le cours d’un autre produit ( action, indice, matières premières, devise… ) à la hausse et à la baisse.
Tu n’es pas confronté à un carnet d’ordres lorsque tu achètes un CFD. En effet, c’est ton broker qui va fournir de la liquidité à l’achat et à la vente. Tu peux donc sortir de ta position peu importe la taille qu’elle a sans te préoccuper de la contre-partie.

Ce qui est intéressant avec les CFD c’est que tu peux investir sur un nombre incroyable de marchés. Que ce soit le forex, les matières premières, les actions ou encore les indices. Tu as la possibilité de diversifier ton portefeuille très facilement.
De plus, l’effet levier autorisé par les CFD peut t’amener soit à couvrir ton porte-feuille en cas de retournement du marché soit à décupler tes gains ( à condition d’être dans le bon sens ).

Enfin, si tu as peur de rester sur une position la nuit sans pouvoir la solder dans le cas où ça tourne mal pour une raison ou une autre, saches que les CFD se négocient chez la plupart des brokers sur des plages horaires plus étendues. Par exemple, pendant qu’un investisseur sur action ne peut trader qu’entre 9h00 et 17h35 à la bourse de Paris, toi qui investis sur les CFD actions, tu peux entrer ou sortir de tes positions jusqu’à 24h/24 chez certains brokers.

 

CFD : marge requise et levier

Lorsque je parle avec d’autres investisseurs dans mon entourage ou sur les forums boursier, je constate très souvent qu’un nombre important d’entre eux comprennent mal ou pas du tout la signification et les conséquences de la couverture (marge) requise par les broker sur les CFD ainsi que l’effet levier.
Ce qu’il savent encore moins, c’est la relation qu’il peut y avoir entres ces deux éléments et qui peut faire passer un trade potentiellement gagnant en un investissement complètement raté.

 

Reprenons depuis le début…

Dans le cas où un broker demande une couverture de 1 % pour les trades effectués sur l’indice CAC40 via les CFDs. Que se passe-t-il si j’investis 10 000 euros sur cet indice ?

Exemple de la couverture demandée par un courtier suite à l'achat du CFD CAC40

→ Le broker va immobiliser 100 euros de ton capital. Il clôturera ta position si le capital qui n’est pas immobilisé n’est plus suffisant pour couvrir les pertes. Cette couverture sert au broker à se couvrir d’une chute trop rapide du marché et lui permet de clôturer ta position avant que tes pertes ne dépassent le montant total de ton capital ( y compris le capital immobilisé ).

 

Tu ne comprends toujours pas ?

Imaginons que le CAC40 est à 4000 points aujourd’hui. Si tu achètes 1 lot à 1 euro le point, tu investis en réalité 4 000 euros.

Explication sur le capital disponible après l'achat d'un CFD

→ Ton broker va immobiliser 40 euros c’est à dire que sur tes 2 000 euros de capital, 40€ seront bloqués par le broker. Tu pourras continuer à trader sur d’autres produits avec les 1960€ restant.

 

Exemple pratique d’un trade sur un CFD

Je pense que le meilleur moyen pour comprendre les conséquences de l’achat d’un CFD, c’est de te montrer, à travers plusieurs exemples, l’impact que cela peut avoir sur la gestion de ton compte de trading. Afin que tout reste limpide, on va continuer avec le CAC40.

 

Etape n°1 :

Imaginons maintenant que le CAC40 chute à 3000 points. Tu as toujours 40€ qui sont bloqués par ton broker. C’est ta couverture. En parallèle, ta perte sur cette position est de 1000 euros ( 1000 points x 1 euro le point ).

Schéma qui explique l'impact de la couverture sur la possibilité de maintenir une position sur CFD

Ton capital total est donc de 1000 euros ( 2000€ – 1000€ de pertes ). C’est l’argent que tu as sur le compte.
Ton capital disponible en revanche est de 960 euros ( 2000€ – 1000€ de pertes – 40€ immobilisé par le broker ). C’est l’argent dont tu disposes sur le compte pour trader sur d’autres produits. Si tu ne l’utilises pas on peut le considérer comme un complément de ta couverture dans le mesure où il te permet de couvrir tes pertes potentiels.

 

Etape n°2 :

Imaginons maintenant que le CAC40 chute à 2020 points. Tu as toujours 40€ qui sont bloqués par ton broker comme couverture. En parallèle, ta perte sur cette position est de 1980 euros ( 1980 points x 1euro le point ).

Schéma qui montre qu'une fois les pertes dépassent le capital disponible, elles comment à toucher la couverture ( marge )

Ton capital total est donc de 20 euros ( 2000€ – 1980€ de pertes )
Ton capital disponible est de – 20 euros ( 2000€ – 1980€ de pertes – 40€ immobilisé par le broker )
Tes pertes dépassent le montant de ton capital disponible et commencent à grapiller le montant immobilisé en couverture. Ton broker va donc t’envoyer une alerte pour te donner le choix entre soit clôturer ta position ( il te restera donc 20 euros sur ton compte ) soit t’inviter à ajouter des fonds afin de reconstituer ta couverture au minimum sans quoi le broker clôturera ta position de lui-même.

Dans cet exemple, ta position n’était qu’en levier 2. Cela veut dire que ton investissement représentait deux fois la valeur de ton capital de ton compte de trading. Le CAC40, en chutant de près de 50 % à amener ton capital à une valeur proche de 0 euro.

Le fait pour ce broker de demander une couverture de seulement 1 % de ta position t’aurais permis d’acheter plusieurs lots et augmenter ainsi ton levier. Le côté négatif c’est que si le cours du CAC40 ne va pas dans le sens que tu avais anticipé, ton capital va fondre à grande vitesse.

 

Etape n°3 :

Imaginons que le CAC40 est à 4000 point aujourd’hui. Si tu achètes 5 lot à 1 euro le point, tu investis en réalité 20 000 euros.

Schéma qui explique que l'accumulation du nombre de lots augmente l'effet levier de manière mécanique

Ton broker va immobiliser 200 euros ( 1% de ta position initiale ) c’est à dire que sur tes 2 000 euros de capital, 200€ seront bloqués par le broker. Tu pourras continuer à trader sur d’autres produits avec les 1800€ restant.

Imaginons maintenant que le CAC40 chute à 3 800 points. Tu as toujours 200€ qui sont bloqués par ton broker comme couverture. En parallèle, ta perte sur cette position est de 1 000 euros ( 200 points x 5 lots à 1 euro le point).

Ton capital total est donc de 1 000 euros ( 2 000€ – 1 000€ de pertes )
Ton capital disponible est de 800 euros ( 2 000€ – 1 000€ de pertes – 200€ immobilisés par le broker )

Plus tu augmentes le nombre de lots, plus ton levier est important. La conséquence, c’est que ton droit à l’erreur est plus faible. Si le cours va dans la mauvaise direction, tu risques de devoir clôturer ta position plus rapidement ( même si dans les jours qui suivent tu te rends compte que ton analyse était bonne et que le CAC40 va aller au-delà des 4000 points ).

 

Ce qu’il faut retenir !

La couverture et le levier sont liés. En effet, plus le broker te demande une couverture importante, plus l’effet levier maximum que tu pourras utiliser sera réduit.

 

Un broker demande 5 % de couverture sur un trade :

→ Si tu investis sur le CAC40 et que ce dernier est à 4 000 points. Pour un lot à 1 euro le point, le broker immobilisera l’équivalent de 200 euros. Ce qui signifie que si ton capital est de 2 000 euros comme dans les exemples précédents, tu pourras utiliser un levier maximum de 20 sur ce produit car s’il faut une couverture de 200 euros pour un lot CAC40 à un euro le point, tu pourras en prendre au maximum 10 lots ce qui équivaut à un investissement de 40 000 euros ( 10 lots x 4 000 euros ). Tu investis donc 20 fois plus que ton capital.

Un broker qui demande 1 % de couverture sur un trade :

→ Si tu investis sur le CAC40 et que ce dernier est à 4 000 points. Pour un lot à 1 euro le point, le broker immobilisera l’équivalent de 40 euros. Ce qui signifie que si ton capital est de 2 000 euros comme dans les exemples précédents, tu pourras utiliser un levier maximum de 100 sur ce produit car s’il faut une couverture de 40 euros pour un lot CAC40 à un euro le point, tu pourras en prendre au maximum 50 lots ce qui équivaut à un investissement de 200 000 euros ( 50 lots x 4 000 euros ). Tu investis donc 50 fois plus que ton capital.

 

L’effet levier c’est utile, mais à petit dose car tu peux avoir de très bonnes anticipations à moyen ou long terme mais finalement complètement louper ton trade si ton levier est trop grand et qu’à court terme ta position enregistre trop de pertes ( ton broker t’obligera à couper ta position ).