Comment acquérir la certification AMF ?

Comment obtenir la certification AMF

L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est une autorité administrative indépendante créée en 2003 par voie législative. Sa mission consiste à maintenir les meilleurs standards de régulation des produits et des acteurs financiers français. Cet objectif de régulation est protéiforme et se décline sous plusieurs dimensions : information, édiction de règles, délivrance d’autorisations, enquêtes, contrôles et prévention.

C’est pour investir davantage ce dernier volet que l’AMF a créé en 2010 une certification d’aptitudes et de connaissances minimales en matière de finance. Elle est délivrée sous condition de la réussite d’un examen spécifique. Les dispositions de cette épreuve ont été publiées par un arrêté en date du 30 janvier 2009, fixant ses modalités et sa finalité que nous examinerons. Il convient cependant d’en souligner les particularités : contrairement à d’autres certifications financières comme le Chartered Financial Analyst (CFA) ou le Bloomberg Market Concepts (BMC), la certification AMF revêt un intérêt qui dépasse les considérations strictement réservées aux professionnels de la finance.

Une certification pour vérifier des connaissances minimales sur les marchés financiers

Tout d’abord, cette certification est obligatoire depuis 2010 pour les nouveaux salariés des Prestataires de Services d’Investissement (PSI) à l’instar des collaborateurs fournissant une prestation de conseil ou d’information sur les transactions financières, des professionnels occupant des fonctions clés sur les marchés financiers ou les relations aux investisseurs et de manière plus générique, toute personne dont l’activité touche à la relation client en matière de conseil en placements financiers. La délivrance de l’attestation de réussite garantie que son récipiendaire dispose d’un niveau de connaissances suffisant pour exercer cette activité.

Jusqu’en juin 2020 l’examen consistait en la complétion d’un questionnaire à choix multiples de 100 questions choisies parmi les 600 possibilités offertes par une base commune. Elles étaient divisées en deux catégories portant sur des connaissances techniques (catégorie « C ») ou sur l’environnement réglementaire et déontologique (catégorie « A »). Pour réussir l’examen, le candidat devait obtenir un taux de réussite d’au moins 75% dans les questions de catégorie C et 85% dans la catégorie A. Les résultats obtenus ne pouvaient se compenser de sorte qu’atteindre 100% de réussite dans le bloc « A » et 75% dans le bloc « C » conduisait à un échec du candidat.

L’épreuve a été remaniée en juin 2020 pour lutter contre les comportements de « bachotage ». Le candidat doit répondre correctement à 80% des 115 questions du QCM qui lui sera soumis, soit 92 bonnes réponses. Les questions possibles seront extraites d’une base commune de 2600 possibilités.

Évolution de l'examen à la certification AMF en juin 2020

Aussi bien avant qu’après 2010, les sessions d’examen en français se déroulent dans l‘un des 15 centres agréés par l’AMF parmi lesquels l’Ecole Supérieure de la Banque, la Société Française des Analystes Financiers ou encore Grenoble Ecole de Management.

Plus qu’un simple examen professionnel

Si cette certification est obligatoire pour certains professionnels, tout le monde est autorisé à préparer et présenter l’examen. Son prix la rend d’ailleurs accessible à tout public : 95€ pour une première inscription sans accompagnement à sa préparation, ce qui la distingue d’autres certifications comme le Chartered Financial Analyst (CFA) dont les frais d’examen oscillent entre 700 et 1000 $ donc entre 590 et 840 €.

Moins onéreuse que le CFA ( Chartered Financial Analyst ), elle suppose aussi une préparation moins lourde et est plus généraliste. C’est d’ailleurs ce dernier critère qui la distingue d’une autre certification bien connue, la Bloomberg Market Concept – ou « BMC » – qui est fortement orientée sur les enjeux de la finance de marché.

Généraliste, abordable, ouverte à tous, la certification AMF permet d’acquérir des connaissances financières indispensables sur des sujets variés. Ainsi, le préparationnaire étudiera une dizaine de grands thèmes comme les principes fondamentaux du code monétaire et financier, les règles de déontologies inhérentes aux activités du prestaire de services financiers, les bases de la comptabilité financière ou encore les principaux produits dérivés et leur sous-jacents (equities, commodities etc.).

La réussite de l’examen suppose une préparation de quelques mois avec un rythme de travail d’une dizaine d’heure hebdomadaires au cours desquels le candidat va acquérir une culture financière généraliste. S’il le souhaite, cette dernière lui permettra d’amorcer une transition professionnelle vers divers métiers de la finance et l’obtention de la certification lui permettra en particulier d’exercer une activité de conseil financier.

Statistiques de la certification AMF

D’autres profiles pourraient trouver un intérêt à cette certification comme les épargnants, qu’ils disposent d’ores et déjà d’un patrimoine conséquent ou qu’ils souhaitent le développer. Les savoirs acquis leurs permettront de nourrir des échanges de meilleure qualité avec leurs conseillers financiers, de mieux comprendre les mécanismes régissant leur épargne, de choisir des produits adaptés à leurs objectifs et à leur appétence au risque et plus largement, de mieux s’informer.

Ainsi 90% des 37 400 professionnels ayant passés l’examen certifié par l’AMF entre le juillet 2010 et décembre 2015 estiment que la certification porte sur une culture générale précieuse dans le domaine financier, gage de sa pertinence pour les professionnels et plus largement pour toute personne ayant de près ou de loin un intérêt pour la finance comme les épargnants, les journalistes économiques ou les consultants.

En savoir plus sur le COURTIER que j’ai sélectionné pour trader sur les marchés financiers

Les autres articles

Masterclass XTB

TESTEZ GRATUITEMENT le COMPTE DÉMO : – CLIQUEZ ICI