Quels risques d’investir sur un marché non règlementé ?

Le risque d'investir sur un marché non réglementé en bourse

Investir sur les marchés financiers est une phrase que les traders utilisent couramment. Et pourtant la notion de « marché » est plus subtile qu’elle peut le laisser paraître.

On en distingue de nombreuses déclinaisons telles que le marché primaire et le marché secondaire. Mais surtout une distinction essentielle pour tout investisseur, qu’il soit professionnel ou non ; à savoir la différence entre le marché réglementé et le marché non réglementé.

Dans cet article, nous allons analyser les différences entre ces deux marchés et pour quelles raisons les investisseurs doivent prendre garde avant de placer leur argent sur un marché non règlementé dans le cadre d’un placement en actions.

La distinction entre marché règlementé et marché non-réglementé ?

Comme son nom l’indique, les marché règlementé répond à des exigences règlementaires dont le contrôle est assuré par un régulateur institutionnel, l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) en France, la Security and Exchange Commission (SEC) aux Etats-Unis, la Commission de Surveillance du Secteur Financier (CSSF) luxembourgeoise ou encore la Financial Services Authority (FSA) au Royaume-Uni.

Le régulateur des marchés dans chaque pays

Le respect de ces normes porte sur plusieurs critères. En premier lieu, lors de l’introduction d’une société sur le marché réglementé, cette dernière doit avoir présenté ses comptes audités des trois dernières années et proposé au public au moins un quart de son capital social.

Suite à cette introduction, l’information financière de la société doit être communiquée de manière transparente et fiable. Elle doit donc être auditée par un organisme indépendant, le plus souvent un cabinet d‘audit spécialisé à l’instar d’Ernst and Young ou de Price Waterhouse Cooper. Cette communication a une périodicité annuelle. Les résultats doivent pour leur part être publiés tous les six mois tandis le chiffre d’affaire doit être rendu public à chaque trimestre. Il s’agit du principe d’obligation d’informations des sociétés cotées.

Au contraire une introduction sur un marché non-réglementé ne requiert pas l’accomplissement de formalités aussi lourdes. Il peut n’y avoir ni procédure d’admission, ni contrôle des autorités de marché sur les échanges ainsi qu’aucune obligation de fournir des informations financières selon les normes de comptabilité internationale IFRS.

Néanmoins, des obligations resserrées ont été introduite au sujet de certains produits dérivés traditionnellement non-réglementés. Ainsi en Europe, dépasser un certain seuil de compensation obligatoire -seuil dépendant de l’actif concerné – entrainera des obligations réglementaires automatiques, comme la nécessite de s’adjoindre les services d’une chambre de compensation. La frontière entre le marché réglementé et non-réglementé devient donc de plus en plus poreuse.

Les caractéristiques propres au marché réglementé et non-réglementé

Organisé en un marché unique appelé Eurolist, le marché réglementé d’Euronext divise les sociétés cotées en trois catégories en fonction de leur capitalisation boursière. Il est réservé aux plus grandes entreprises en raison de ses critères d’accessibilité.

  • D’abord, le compartiment A regroupe les sociétés dont la capitalisation dépasse 1 milliard d’euros. Les entreprises appartenant à ce compartiment sont appelées des « blue chips » ;
  • Ensuite le compartiment B rassemble des organisations dont la valeur de la capitalisation boursière est comprise entre 150 millions et 1 milliard d’euros. Des sociétés comme Perrier, les Cinémas Gaumont ou Euro Disney appartiennent à cette catégorie ;
  • Enfin, le compartiment C agrège des sociétés dont la valeur de la capitalisation boursière est inférieure à 150 millions d’euros, à l’instar de Booostheat ou Fleury Michon.

Comme vu précédemment, toutes les sociétés appartenant à ces compartiments sont assujetties à des obligations extrêmement rigides et dont le non-respect peut entrainer de lourdes sanctions de la part de l’autorité de régulation des marchés financières, autrement dit, l’AMF.

Au contraire, le marché non-réglementé est par définition plus facile d’accès et rassemble principalement des PME. À la Bourse de Paris, il est composé d’Euronext Growth (depuis 2017) et d’Euronext Access.

Ces compartiments sont dits régulés mais non réglementés. On les appelle « Systèmes Multilatéraux de Négociation».

  • Euronext Growth, est pensé comme une étape de transition entre le capital investissement et l’introduction sur le marché réglementé. Euronext Growth rassemble surtout des PME à forte croissance. Ce marché a d’ailleurs acquis le label « marché de croissance des PME », démontrant son rôle de passerelle dans l’accès aux financements de marché. Toutefois, la méfiance doit être de mise en cas d’investissement dans la mesure où les obligations réglementaires sont relativement aussi contraignantes que sur un marché réglementé. Toutefois, les sociétés sont non-seulement moins solides mais surtout plus exposées à la volatilité du marché.
  • Euronext Access est le marché dédié aux PME et aux Start-Up ne remplissant pas les critères pour intégrer l’Eurolist ou Euronext Growth. Il s’agit de l’ancien « marché libre ». Les critères d’admissibilité sont plus légers encore et les sociétés potentiellement plus vulnérables à la conjoncture économique. Investir sur ce marché peut être rentable et rejoint presque la logique adoptée dans le capital-investissement. Cependant, les sociétés présentes sur ce compartiment ne sont pas tenues de fournir de comptes répondant aux normes IFRS, ni de publier de bilan certifié de leurs états financiers.

La répartition des compartiments à la bourse de Paris

À noter que les produits dérivés non listés tels que les CFD et qui s’échangent sur des marchés de gré à gré sont également cotés sur un marché non réglementé.

Quels risques sur un marché non-réglementé ?

Si des obligations légales s’appliquent pour les sociétés cotées sur Euronext Growth et Access, il n’en demeure pas moins que les risques y sont plus importants que sur le marché réglementé.

Les différences entres marchés réglementés et non réglementés

Tout d’abord en raison de la taille des sociétés qui y sont cotées et de leur vulnérabilité à la conjoncture économique. Il en résulte un risque de liquidité ( et donc de contrepartie ), c’est à dire l’impossibilité de trouver d’acheteurs lors que l’on souhaite vendre ses actions sur le marché. Mais aussi un risque lié à la volatilité car une partie de ces valeurs ont la caractéristique d’être des Penny Stocks.

Ensuite, sur Euronext Growth et Access, les obligations d’informations ne sont pas aussi lourdes que sur le marché réglementé. Il est donc en théorie possible d’investir sur une valeur dont les fondamentaux présentés ne reflètent pas la réalité économique de la société. Il peut alors en résulter des pertes considérables en raison d’une trop faible évaluation du risque réellement encouru.

En savoir plus sur le COURTIER que j’ai sélectionné pour trader sur les marchés financiers

1 thought on “Quels risques d’investir sur un marché non règlementé ?”

  1. NIKO dit :

    Bonjour et merci pour ce super blog sur les placements

Comments are closed.

Les autres articles

Masterclass XTB

TESTEZ GRATUITEMENT le COMPTE DÉMO : – CLIQUEZ ICI