Accueil Courtiers en ligne FxFlat Scénario haussier : acheter une option Call ou un CFD ?

Scénario haussier : acheter une option Call ou un CFD ?

Article mis à jour le : 19 janvier 2022

Au détour d’une conversation sur Instagram, un nouvel abonné à ma chaîne Youtube m’expliquait qu’il venait de découvrir l’investissement sur les options et me partageait les difficultés qu’il éprouvait à comprendre le fonctionnement de ce type de produit dérivé.

Un sentiment que je partage avec lui, ayant moi-même eu l’occasion de m’arracher les cheveux à plusieurs reprises en essayant de comprendre certains mécanismes de bases à mes débuts.

Pendant cet échange, celui-ci a été amené à me poser une question très intéressante : Quel est l’intérêt d’acheter une option Call plutôt que d’acheter un CFD si l’on possède un biais haussier sur un actif sous-jacent ?

Les informations disponibles dans cet article ne constituent pas un conseil en investissement ou une incitation à investir.

Acheter un Call vs acheter un CFD

Prenons l’exemple de l’indice CAC 40 qui cote 7 337 points le 05/01/2022 à 10h30. Vous anticipez une hausse de l’indice parisien dans les prochaines semaines et vous désirez saisir cette opportunité avec un CFD et une option.

Achat d’un CFD CAC 40

Vous décidez d’ouvrir une position à hauteur de 10 contrats (soit 10€/point) sur le CFD CAC 40. Votre prix de revient unitaire (PRU) est fixé à 7 337 points, soit le cours actuel et vous configurez un ordre stop loss à un niveau de cotation équivalent à 7 100 points.

Votre perte maximale sur cette position est de 237 points, soit 2 370€. Votre gain, lui, est potentiellement illimité car vous ne positionnez aucun ordre « take profit ».

Simulation de l'achat d'un CFD CAC 40 à 7 337 points
Simulation de l'achat d'un CFD CAC 40 à 7 337 points

Achat d’une option Call

Après lecture de la chaîne d’options liée à l’indice CAC 40 dont l’échéance est au 18 février 2022 (44 jours), vous prenez la décision d’acheter une option Call dans la monnaie. Vous sélectionnez celle dont le strike est à 7 100 points et dont la valeur est de 309.60 points (multiple de 10).

Dans le cadre de l’achat d’options, vous devez régler le montant de la prime lors de la transaction, soit 3 096€. Il s’agit de votre perte potentielle maximum sur ce trade. En revanche, votre gain potentiel maximum est illimité en théorie si le cours de l’indice CAC 40 continue de s’apprécier.

Il faut aussi préciser que le prix de revient unitaire de votre position (le point mort) est de 7 409.60 points (strike + prix d’achat de l’option).

Autrement dit, si le CAC 40 termine en-dessous de 7409.60 points à l’échéance (18/02/2022), vous êtes perdant mais vous savez que votre perte sera au maximum de 3 096€ (hors frais de courtage), peu importe à quel point il chute. À contrario, votre trade sera positif si le CAC 40 termine au-dessus de 7 409.60 points.

Simulation de l'achat d'une option Call sur l'indice CAC40 via la plateforme Trader Workstation
Simulation de l'achat d'une option Call sur l'indice CAC40 via la plateforme Trader Workstation
4.5/5

Réglementé BaFin – supervisé AMF

4.5/5

Réglementé BaFin – supervisé AMF

Quelles différences entre l’achat d’une option Call et un CFD ?

Maintenant que nous avons posé les bases et expliqué les différents scénarios de chaque trade, il est temps de vous expliquer ce qui les différencient et qui pourraient vous amener à privilégier un instrument plutôt qu’un autre.

CFD vs options : une histoire de stop loss

La première différence qui saute aux yeux concerne le stop loss.

Dans la première partie de l’article, nous avons vu que l’ordre stop loss sur le trade effectué sur le CFD CAC 40 est fixé à 7 100 points. Cela signifie que si le cours de l’indice CAC 40 touche ce niveau, votre trade est débouclé et vous encaissez votre perte d’un montant de 2 370€.

Sur l’option, les conséquences ne sont pas identiques. En effet, même si la perte potentielle maximale se situe à 7 100 points, qui correspond au niveau du strike, votre position n’est pas débouclée si d’aventure le cours de l’indice CAC 40 est amené à toucher ou descendre sous cette zone avant la date d’échéance.

L’avantage de l’option, c’est que même si le CAC 40 franchit à la baisse les 7 100 points, votre scénario reste valide car si l’indice parisien remonte dans les jours suivants, la perte potentielle va se réduire et se transformera peut-être en plus-value.

À noter aussi que le strike de 7 100 points suite à l’achat de l’option agit comme un stop garanti. Il n’est pas possible de perdre plus en raison d’une forte volatilité. En effet, sur les CFDs, la mise en place d’un stop loss à 7 100 points n’assure pas à 100% que celui-ci sera exécuté à ce niveau si le cours décale très fortement.

CFD vs options : Des frais de swap qui grèvent la performance

La seconde différence que l’on peut noter concernant les deux positions que vous avez initiées concerne les frais de swap, appelés aussi « frais overnight ».

En effectuant une simulation sur la plateforme CFD du courtier FxFlat, le ticket d’ordres nous montre que le fait d’acheter 10 contrats du CFD CAC 40 (soit 10€/point) entraîne des frais équivalent à 5.89€ par jour.

Ticket d'ordres du CFD CAC 40 sur la plateforme Flattrader (FxFlat)
Ticket d'ordres du CFD CAC 40 sur la plateforme Flattrader (FxFlat)

Si l’on garde le même scénario que sur l’option, soit une échéance au 18/02/2022, la clôture du trade dans un délai de 44 jours entraîne un coût d’environ 259€. Montant qui va venir diminuer votre performance.

Sur l’option, le courtier ne ponctionne aucun frais de swap. Le fait de garder votre position un jour ou 44 jours jusqu’à l’échéance n’a donc pas d’impact.

Achat d’une option Call : un handicap au départ

Lorsque vous achetez une option seule, vous connaissez immédiatement la perte potentielle maximale de votre stratégie dès que la transaction est validé. Il s’agit du montant de la prime.

Le problème avec l’achat d’un Call, c’est que votre prix de revient unitaire est égal à l’addition du strike et de la prime.

Dans l’exemple au début de l’article, vous avez acheté une option Call dont le strike est à 7 100 points et dont la valeur est de 309.60 points (multiple de 10).

Votre PRU est donc de 7 409.60 points. Ceci alors que le cours de l’indice CAC 40 est de 7 337 points. Vous partez donc avec un handicap car si le cours stagne ou monte un peu (en restant sous 7 409.60 points) d’ici l’échéance, vous êtes perdant.

En revanche, du côté des CFDs, vous avez acheté 10 contrats au cours affiché à l’instant T, soit 7 337 points. Si le cours du CAC 40 progresse, même de manière anecdotique, vous êtes gagnant sur votre position.

Comme vous pouvez le constater, l’achat d’une option vous oblige à partir avec un handicap au départ contrairement à un CFD.

Bien entendu, il est toujours possible de choisir une option Call dont le strike est plus bas afin de faire descendre le PRU. Cependant, ce serait prendre un risque plus important car le montant de la prime (et donc la perte potentielle maximale) serait plus important.

Conclusion

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, acheter un CFD (ou un Futures par ailleurs) n’entraîne pas les mêmes gains ou pertes potentielles que l’achat d’une option Call. Et encore plus important, ces instruments n’ont pas les mêmes propriétés.

Acheter un CFD ou acheter une option Call est un choix que vous devez faire en fonction de vos attentes sur l’actif sous-jacent, de l’horizon de votre placement et du scénario que vous anticipez dessus.

Cet exemple a pour objectif de répondre à une question que vous seriez susceptible de vous poser vous aussi pendant votre phase d’apprentissage. D’autre part, si vous êtes encore débutant sur ce produit, vous avez la faculté de vérifier ces différences en procédant à des essais en passant par un compte de démonstration.

Toutefois, sachez que trader une option seule est rarement la meilleure solution et qu’il est préférable de construire des stratégies basées sur des combinaisons d’options.


4.5/5

Réglementé BaFin – supervisé AMF


Le Trader du Dimanche

Titulaire de la certification AMF, Le Trader du Dimanche est spécialisé dans la formation et la vulgarisation du monde de la bourse. Il rassemble, sur sa chaîne YouTube, une communauté de plus de 9 000 membres auprès de laquelle il partage son expérience de plus de 10 années passées sur les marchés financiers.