Il y a quelques jours, un abonné de ma chaîne Youtube m’a demandé s’il était intéressant d’investir sur un tracker à long terme. Il faisait référence à une de mes vidéos où j’expliquais qu’investir sur un tracker à effet levier sur une longue période n’était pas vraiment une bonne idée. Le soucis, c’est que je n’expliquais pas la raison.

Pour ceux qui n’auraient pas vu ma vidéo sur les trackers, ce que vous devez savoir c’est qu’il s’agit d’un produit dérivé en bourse qui donne la possibilité aux investisseurs de spéculer à la hausse comme à la baisse sur des actifs qu’il n’est pas possible de trader en temps normal sur un compte-titre ou un PEA ( matières premières, devises, indices…). Les principaux émetteurs de trackers sont Citigroup, Commerzbank ou encore la Société Générale. On les appelle des produits dérivés car leur prix évolue en fonction de l’évolution du cours d’un autre produit.

Pour bien comprendre où je veux en venir, on va donc faire simple et prendre un exemple bien concret fin d’assimiler plus facilement cette notion.

Une absence de corrélation sur le long terme

Dans l’exemple suivant, je vous présente alex ! C’est un jeune trader qui souhaite se lancer sur les marchés avec un capital de 1 000€. Il a réfléchi à une stratégie d’investissement afin de faire fructifier son capital. Toutefois, son compte-titre ne lui permet pas d’investir directement sur l’indice. Après de nombreuses recherches, il pense que la meilleure solution c’est d’ouvrir une position sur un tracker qui va répliquer l’évolution du CAC40.

Evolution du CAC40 sur 5 séances de bourse

Mais Alex a beau être débutant en bourse, il a compris qu’avant d’investir sur un produit il est important de le comprendre et d’analyser les conséquences. Pour cela il envisage différents scénarios d’investissement sur une période de 5 jours ( séance de bourse ) en prenant pour comparaison l’indice CAC40 qui vaut 100 le jour J et qui va connaître de multiple variations pour au final revenir à 100 au bout du 5ème jour. Voici les résultats de sa simulation :

 

Cas n°1 : Tracker CAC40 avec levier de 1 ( à la baisse )

Evolution du tracker CAC40 sans effet levier et inversé

Alex constate que lorsque le tracker reproduit les variation du sous-jacent ( ici le CAC40 ) de manière opposé, la valeur du tracker n’est pas la même que ce dernier au bout des 5 séances. Une perte de valeur apparaît même si elle est relativement faible.
Il en déduit qu’investir sur un tracker sans effet levier en spéculant sur les variations opposées du sous-jacent l’expose à une perte même dans le cas où celui-ci revient à son prix d’origine.

La perte représente moins de 1% donc le pari peut valoir le coup sur une période comme celle-ci ( 5 jours ). En effet si le CAC40 avait baissé de quelques pourcent, le trade serait positif. Cependant, sur le long terme l’écart s’accroît et il devient plus difficile de sortir gagnant même si le CAC40 reste négatif.

 

Cas n°2 : Tracker CAC40 avec levier de 3 ( à la baisse )

Evolution du tracker CAC40 avec un levier 3 et inversé

Dans le cas présent, l’effet levier qui multiplie les variations par un facteur de 3 dans le sens opposé à celui du sous-jacent montre que les pertes sont plus importantes que dans le 1er exemple, alors que le CAC40 est revenu au point de départ ( valeur de 100 points ).

La valeur du tracker termine à 95.5 points soit une moins-value de 4.5% sur le trade…
Alex en conclut que l’effet levier ( toujours en spéculant sur la variation inverse de son sous-jacent ) accroît toujours plus les pertes dans le temps

Cas n°3 : Tracker CAC40 avec levier de 3 ( à la hausse )

Evolution du tracker CAC40 avec un levier 3

Cette fois-ci Alex utilise un levier égal à 3 et qui agit dans le même sens que son sous-jacent. Il pourrait se dire que le problème qu’il a soulevé auparavant quant à la perte de valeur du tracker dans le temps est résolu. Pourtant celui-ci note que le résultat final est inférieur à 100 points à l’issue des 5 séances de bourse. Certes, la moins-value est moins importante que si il avait pris une position inverse mais elle représente tout de même 2% de la somme investi.

A ce stade, Alex en déduit que spéculer dans le sens opposé du sous-jacent, qu’il ait un effet levier ou non, fait perdre de la valeur au tracker dans le temps à situation identique. Mais il peut ajouter, à présent, qu’utiliser un levier en spéculant dans la même direction que le sous-jacent produit à peu près les mêmes effets mais à un degré différent.

 

Cas n°4 : Tracker CAC40 avec levier de 5 ( à la baisse )

Levier 5 sur un tracker CAC40 avec perte de valeur dans le temps

L’utilisation d’un levier plus important ( 5 ) donne un résultat identique à celui constaté avec un levier plus faible. En effet, la valeur du tracker s’est dépréciée à l’issue des 5 séances de bourse alors que le CAC40 a fait du sur place.
Alex en déduit que plus l’effet levier est important plus le tracker perd de la valeur dans le temps.

Toutefois, il est conscient que la période étudiée est courte. Lorsqu’il fait une simulations sur plusieurs mois, il constate qu’il est de plus en plus difficile pour le tracker d’afficher une performance positive car sa valeur diminue aussi avec le temps.

L’effet bêta-slippage

Cette perte de valeur qu’Alex a constaté dans ses différentes simulations s’appelle l’effet bêta-slippage. C’est une donnée importante qui ne doit pas être prise à la légère car le choix d’effectuer un trade sur un tracker doit prendre en compte cette donnée.

A court terme, la volatilité peut agir également comme un accélérateur.

Variations plus importantes sur le CAC40 et impact plus important sur le tracker

Variations importantes sur le CAC40 et impact significatif sur le tracker

Cette illustration reprend les exemples précédents, en montrant qu’au bout de 5 jours de bourse, la valeur du tracker a diminué fortement alors que le sous-jacent est revenu à sa valeur initiale. Le CAC40, dans cet exemple a subit de fortes variations ( +3%, -6%…etc ).

Petites variations sur le CAC40 et faible impact sur le tracker

Petites variations sur le CAC40 et faible impact sur le tracker

Dans ce deuxième exemple, j’ai voulu te montrer qu’avec le même scénario ( un CAC40 qui part de 100 et qui revient à 100 au bout de 5 jours ), la valeur du tracker a très peu diminuée. Pourquoi ? Eh bien parce que les variations qu’a enregistré l’indice CAC40 pendant cette période ont été beaucoup moins importantes ( +1%, -2.49%….etc ).

En effet, on constate que plus la volatilité est importante sur le sous-jacent, plus le tracker perd de la valeur dans le temps. J’insiste bien sur la durée qui joue un rôle capital dans cette diminution de valeur.

Seul un tracker qui reproduit les variations d’un sous-jacent sans effet levier et dans le même sens permet d’obtenir des performances identiques.

Conclusion

Si il ne fallait retenir qu’une chose de toutes ces explications, c’est qu’investir sur un tracker à effet levier ( ou sans effet levier mais en sens inverse ) à long terme, c’est à dire de l’ordre de plusieurs semaines, mois voir plusieurs années, n’est pas la stratégie la plus adaptée. Vous pourriez vous retrouver avec une moins-value même dans le cas où vous auriez réussi à anticiper l’évolution du sous-jacent correctement.