Accueil Bourse Actions Faut-il trader les actions au SRD ou via des CFDs ?

Faut-il trader les actions au SRD ou via des CFDs ?

Article mis à jour le : 6 juin 2022

Alors que de nombreux courtiers en ligne spécialisés proposent des produits dérivés à effet levier (CFD, options, Futures…) pour profiter d’opportunités et démultiplier les performances de leurs clients en bourse, le service de règlement différé reste un outil, encore aujourd’hui, utilisé par de nombreux particuliers pour spéculer sur les marchés financiers.

Toutefois, le fonctionnement du SRD est parfois mal compris par les investisseurs.

Dans cet article, vous allez découvrir ce qu’est le service de règlement différé, les mécanismes qui l’entoure et les différences entre le trading d’actions au SRD et via les CFDs.

Les informations disponibles dans cet article ne constituent pas un conseil en investissement ou une incitation à investir. Les produits dérivés (CFD, turbos, Futures…) sont réservés à des traders expérimentés conscients des risques de l’effet levier. Les articles présents sur le site sont susceptibles de contenir des liens sponsorisés.

Qu'est-ce que le service de règlement différé (SRD) ?

Le service de règlement différé (SRD) est une fonctionnalité payante proposée par certaines banques (traditionnelles ou en ligne) à leurs clients investisseurs afin de prendre une position à l’achat ou à la vente sur des actions et des ETF. Le tout, en ayant le choix de bénéficier d’un effet levier ou non.

À la différence de l’achat d’actions au comptant, le service de règlement différé, uniquement disponible sur un compte-titres, permet d’obtenir deux avantages :

  • La faculté de pouvoir investir aussi bien à la hausse qu’à la baisse sur les actions/ETF. Alors qu’au comptant vous êtes cantonné à investir uniquement sur des titres ayant un potentiel de valorisation à la hausse.
  • La possibilité d’accéder à un effet levier qui peut atteindre jusqu’à 5 fois le montant du capital que vous possédez en portefeuille. Un moyen de décupler vos performances sur les marchés en obtenant une exposition supérieur à la valeur de vos fonds.
Une sélection de courtiers réglementés
4.6/5
4.5/5
4.2/5
4.2/5

*73% à 89% des comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. 


Quelles actions sont éligibles au service de réglement différé ?

Pour rentrer dans le cercle restreint des titres éligibles au SRD, une action doit respecter une des deux conditions suivantes :

Il existe une variante au SRD qui se nomme le SRD « long only« . Ce système permet de bénéficier de l’effet levier mais ne permet aux investisseurs d’investir que sur la hausse d’un titre.

Dans ce cas, les conditions à respecter sont moins strictes :

Les critères pour qu'une action soit éligible au SRD
Les critères à respecter pour qu'une action soit éligible au SRD

Découvrir aussi :

SRD : un outil pour trader en bourse avec effet levier ?

Le SRD est un outil qui permet de trader des milliers d’actions/ETF avec effet levier.

Pour bien comprendre son fonctionnement, prenons un exemple théorique. Imaginons que vous possédiez un capital de 1 000 euros sur votre compte-titre et que vous investissiez ce montant sur une action X dont la performance est de +10%.

En achetant les actions au comptant, vos 1 000 euros se transforme en 1 100 euros soit +10% par rapport à votre investissement initial.

Au SRD, vous avez la possibilité d’investir jusqu’à 5 000 euros, soit 5 fois plus que le capital que vous détenez sur votre compte-titres. En effet, le courtier utilise ce collatéral (les 1 000 euros de liquidités dans votre portefeuille) pour vous octroyer l’équivalent d’un prêt sur les titres que vous souhaitez acquérir au SRD.

Les 5 000 euros que vous investissez sur l’action X se transforme en 5 500 euros car le titre à pris +10%. Votre capital passe donc de 1 000 euros à 1 500 euros.

Comparaison entre un investissement au comptant et avec levier sur le SRD
Comparaison entre un investissement au comptant et avec levier sur le SRD

SRD : quelle marge faut-il respecter pour utiliser du levier ?

Comme indiqué précédemment, en utilisant le service de règlement différé, le courtier vous octroie en réalité un prêt.

Pour ce faire, il a besoin d’un certain montant en garantie dont la valeur va dépendre de la nature du collatéral.

En résumé :

  • Espèces = levier 1:5
  • Titres = levier 1:2.5

Dans l’infographie suivante, Franck dispose de 1 000 euros en espèces sur son compte-titre et 5 000 déjà investis sur une ou plusieurs actions. Dans ces conditions, il peut investir jusqu’à 17 500 euros sur d’autres actions/ETF via le Service de règlement différé.

Toutefois, s’il utilise à plein l’effet levier, Franck doit maintenir une marge de couverture suffisante. À défaut, le courtier est susceptible de clôturer une partie ou la totalité de ses positions. Il faut donc toujours garder des liquidités pour faire face une position en pertes latentes au SRD.

Le fonctionnement de la marge pour être autorisé à prendre position au SRD
Le fonctionnement de la marge pour être autorisé à prendre position au SRD

Un exemple d'une position à la vente au SRD

Afin de simplifier au maximum les explications, nous allons prendre l’exemple de l’évolution du cours de l’action Société Générale sur la période 2020.

Sur le graphique, on constate que sur une période de quelques jours, le titre a baissé de 5 euros, passant de 20 euros à 15 euros.

Que se passe-t-il si Franck, qui dispose de 1 000 euros en espèces sur son compte-titres, prend une position à la baisse avec un levier 5 ?

Il vend, dans un premier temps, 250 actions à un prix de 20 euros, et ce, pour un montant total de 5 000€. Puis quelques jours plus tard, en voyant le cours chuter à 15€, il décide de racheter sa position à ce prix pour un montant de 3 750 euros (250 actions x 15 euros).

La plus-value ainsi générée est de 1 250€.

Exemple pratique d'un trade au SRD
Exemple pratique d'un trade au SRD sur le titre Société Générale

Le trading au SRD est-il risqué ?

Investir avec effet levier en bourse implique nécessairement un risque.

Si le cours du titre sur lequel vous spéculez se dirige dans le sens opposé à celui que vous avez anticipé, les pertes latentes générées par la position s’accumulent plus rapidement.

En utilisant le levier maximum au SRD (levier 5), il suffit d’une baisse de 20% du titre pour que votre capital soit réduit à néant.

Dans certains cas (forte volatilité), il est même possible de perdre plus que le capital dont vous disposez sur votre compte de trading. Dans ce cas, vous êtes redevable auprès de votre intermédiaire.

Le SRD est donc un outil réservés aux traders aguerris conscients des risques et qui possèdent une expérience des instruments à levier.

Quel est le coût pour trader au SRD en bourse ?

Bénéficier de règles plus souples pour obtenir une exposition plus importante sur un trade et pour avoir le droit de spéculer dans les deux sens (à l’achat ou à la vente) entraîne un coût pour les investisseurs qui utilisent le service de règlement différé.

Parmi ces frais :

  • Des frais journaliers qui s’appliquent si vous gardez votre position ouverte d’un jour sur l’autre (gratuit aller/retour dans la même journée).
  • Une commission de prorogation lorsque vous désirez reporter votre position d’un mois à l’autre au SRD.

À titre d’exemple, dans la brochure tarifaire mis en ligne le 18/02/2022 par la banque en ligne Boursorama, les frais journaliers sont de 0.0233%/jour et la commission de prorogation de 0.3588% (minimum de 11.95 euros) pour la formule « classic ».

Cela signifie que si votre exposition est de 10 000 euros sur un titre et que vous décidez de garder votre position du 15/01/N au 14/02/N, soit une durée de 30 jours, vous serez facturé :

  • Frais journaliers = (10 000€ x 0.0233%) x 30 = 69.90 euros
  • Commission de prorogation = 10 000€ x 0.3588% = 35.88 euros

Le coût, pour garder cette position pendant la période indiquée, est donc de 105.78 euros euros.

Le calendrier à connaître pour investir au SRD

Avant d’utiliser le service de règlement différé, il faut connaître le calendrier des opérations. À défaut, la moindre erreur peut avoir de grosses conséquences sur votre portefeuille boursier.

Le mois boursier au SRD est différent d’un mois calendaire.

Dans l’infographie ci-dessous, vous pouvez voir en rouge la période relative à un mois calendaire et en vert la période qui correspond à un mois au SRD. Comme vous pouvez le constater, il y a un décalage de quelques jours.

Le calendrier au SRD se décompose de la manière suivante :

Le calendrier du SRD
Le calendrier du SRD

Ce qu’il est important de comprendre avec le SRD, c’est que lorsque vous prenez une position à l’achat ou à la vente, c’est votre intermédiaire financier qui avance les titres (vente à découvert) ou qui finance l’acquisition de titres sur le marché.

Votre courtier vous accorde l’équivalent d’un prêt et ce dernier est assorti d’intérêts que vous devez régler chaque jour, tant que la position au SRD n’est pas débouclée.

Une fois en position au SRD, trois choix s’offrent à vous :

  • Solder votre position avant la liquidation (en J-4). Dans ce cas, vous réglez uniquement les intérêts journaliers liés à votre position et le fait de déboucler celle-ci va vous permettre d’encaisser votre plus-value ou votre perte. Ce résultat impactera votre capital en J-1. Donc si vous prenez une position au SRD le 5 du mois et que vous soldez votre position le 15, votre plus-value ou votre perte s’ajoutera ou se déduira de votre capital à la fin du mois.
  • Garder votre position. Dans ce cas, votre courtier va reporter votre position sur le mois suivant et il vous facturera une commission de prorogation (voir la brochure tarifaire de votre courtier).
  • Demander la livraison ou le règlement des titres. Dans ce cas, en J-1, vous serez livré des titres au comptant ou vous livrerez les titres que vous avez vendu.

SRD vs CFD : êtes-vous propriétaire des actions ?

Que ce soit au SRD ou via des CFD actions, vous n’êtes pas propriétaire des titres dont vous faites l’acquisition via votre courtier.

Au SRD, c’est votre intermédiaire financier qui finance votre position. Vous n’avez donc en aucun cas droit au dividende et vous n’êtes pas en mesure d’assister et de voter aux assemblées générales des actionnaires.

Sur un CFD action, vous faites l’acquisition d’un contrat dont l’objectif est de calquer l’évolution du cours d’une action. Vous n’achetez donc pas, en réalité, une action mais un produit dérivé, ce qui est différent.

Investir au SRD ou sur CFD : est-on sur un marché régulé ?

Lorsque vous réalisez une opération via le SRD, votre ordre est visible dans le carnet d’ordres de l’action et a un impact sur le cours de celle-ci.

Sur les CFD actions, vous êtes en présence d’un marché qui n’est pas régulé.

Le broker vous propose une fourchette de cotation qui provient de son propre flux interne. Il n’est donc pas rare de voir des différences de cotation entre le CFD actions et le titre en lui-même en période de volatilité.

Quel est le levier maximum au SRD et sur CFD actions ?

Depuis le 1er août 2018 et l’application des nouvelles règles de l’ESMA concernant les CFD, le levier a été abaissé.

Alors qu’auparavant, il était possible d’atteindre facilement un levier supérieur à 10, il est désormais fixé à 5 au maximum, soit un levier identique à celui appliqué au SRD.

Combien d'actions négociables sur CFD et au SRD ?

Le nombre d’actions françaises et étrangères éligibles au SRD est de l’ordre de quelques centaines de titres chez les courtiers opérant dans l’hexagone.

En parallèle, les brokers CFD proposent plusieurs milliers de titres à négocier.

À titre d’exemple, XTB, n°1 dans notre comparatif des brokers CFD, dispose de plus de 5 400 actifs dont plus de 1 800 CFDs actions.

Le comparatif entre SRD et CFD sur actions
Le comparatif entre SRD et CFD sur actions

CFD action ou SRD : le point sur les frais

SRD versus CFD action : la commission de prorogation

En plus de devoir garder les yeux rivés sur le calendrier spécifique au SRD, les investisseurs qui décident de passer par le service de règlement différé sont ponctionnés d’une commission de « prorogation » par leur courtier si la position est reportée sur le mois suivant.

En ce qui concerne les CFD sur actions, il n’existe pas de commission même si l’investisseur garde sa position pendant plusieurs mois.

SRD vs CFD action : les frais de financement

Dans le cadre d’un trade initié sur une action au SRD, votre courtier finance votre position en vous octroyant l’équivalent d’un prêt.

Ce prêt, temporaire, se matérialise par des intérêts journaliers sous la forme de frais de financement. Il s’agit des frais que vous devez payer pendant la période où votre position reste ouverte.

Ce système est valable également sur les CFDs. La différence réside dans les taux appliqués.

Toutefois, il apparaît que les brokers CFD appliquent des frais journaliers sensiblement inférieurs à leurs concurrents (SRD).

Quid de la Taxe sur les transactions financières ?

L’ensemble des opérations effectués sur le SRD ainsi que sur les CFDs actions sont exemptés de la taxe sur les transactions financières.

Seuls les investisseur qui décident d’être livré des titres acquis précédemment au SRD sont automatiquement assujetti à la TTF en raison du transfert de propriété.

Le comparatif entre SRD et CFD sur actions en matière de frais
Le comparatif entre SRD et CFD sur actions en matière de frais

Conclusion

Le service de règlement différé et les CFD sur actions se ressemblent sur de nombreux points ( levier, frais de financement ).

Toutefois, il existe plusieurs points majeurs sur lesquels il se distinguent.

C’est le cas des frais qui sont généralement plus élevés sur le SRD  ainsi que la régulation des titres (marché régulé pour le SRD et non régulé pour les CFD).

Testez vos connaissances sur le SRD en participant au Quiz

Questions fréquentes

Chez quel courtier trader les CFD sur actions ?

XTB est le meilleur courtier pour trader les CFDs sur actions. Vous pouvez retrouver la liste complète des brokers autorisés par l’AMF sur cette page.

Quelle politique de distribution des dividendes pour une position au SRD ?

En prenant position au SRD sur un titre, vous n’êtes pas propriétaire des actions de l’entreprise cotée et vous ne touchez pas de dividendes.

Votre intermédiaire se contente donc de réaliser une opération de compensation sur votre position lors du versement ou de la distribution de dividendes.

Le Trader du Dimanche

Titulaire de la certification AMF, Guillaume Van iseghem est spécialisé dans la formation et la vulgarisation du monde de la bourse et des produits dérivés. Il rassemble, sur sa chaîne YouTube, une communauté de plus de 11 000 membres auprès de laquelle il partage son expérience de plus de 13 années passées sur les marchés financiers.


*Investir comporte des risques. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les instruments financiers fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent. 73% à 89% des comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. 




Testez gratuitement le compte démo

X