Devenir rentier en 10 ans : un rêve accessible en bourse ?

Liberté financière un rêve accessible

Devenir rentier et accéder à la liberté financière représente le rêve de pas mal de français. Pourtant cette aspiration à vivre sans contrainte n’est pas atteignable si facilement. En effet, même si le développement du télétravail en 2020 a permis à de nombreux salariés de diminuer ce sentiment profond de mal être, il n’a jamais réellement disparu.

Dans cet article, je vais vous parler de PEA, de dividendes et de rente. Des mots qui peuvent paraître abstraits si vous n’avez jamais réalisé de placements en bourse. Mais qui une fois assimilés, pourront peut-être vous faire découvrir un monde rempli d’opportunités.

Qu’est-ce que devenir rentier ?

Au fond, c’est l’idée d’être libre de vivre sans contrainte qui est le principal leitmotiv de beaucoup de salariés. Le souhait de devenir rentier est donc à rapprocher au désir de pouvoir subvenir à ses propres besoins. Le tout, sans avoir à dépendre d’un employeur.

Seulement, pour s’affranchir de nos chaînes et s’échapper de cette prison, il faut atteindre la liberté financière.

Pour ma part, je ne cherche pas l’indépendance financière. Mon objectif est plus réaliste. Celui de constituer une rente de 1 000€ par mois d’ici quelques années.

Les informations disponibles dans cet article ne constituent pas un conseil en investissement ou une incitation à investir.

Les solutions pour y parvenir ?

À la recherche d’une solution pour accomplir cette destinée heureuse, certains se lancent dans l’immobilier locatif (souvent en location meublée). L’avantage de l’immobilier étant de pouvoir emprunter de gros montants à la banque en utilisant le levier du crédit pour assurer une rente dans 20-25 ans. Toutefois, ils découvrent, parfois, les embûches liées au statut de propriétaire.

D’autres attendent la retraite pour ensuite proposer le bien immobilier dont ils sont propriétaire en viager. Le but étant de percevoir un bouquet (capital initial à la signature) et une rente pour vivre leur retraite plus confortablement. Le tout en restant usufruitier du bien jusqu’à ses derniers jours.

Enfin, ceux qui possèdent un capital de départ, plus ou moins conséquent, font le choix de la bourse. Et plus particulièrement des actions à dividendes, afin d’obtenir une rente immédiate. L’objectif étant de réinvestir les dividendes et une partie de son épargne pour augmenter cette rente, années après années.

C’est cette dernière stratégie que j’ai décidé de suivre depuis le krach boursier de février 2020. En partie car le cours de nombreux titres en bourse a été particulièrement chahutée. Au point d’offrir un rendement attrayant.

Découvrir aussi :

Profiter de la chute des marchés boursiers

Comme je viens de le dire, la chute du prix des actions début 2020 a permis à de nombreux investisseurs particuliers d’acheter des titres à bon compte sur les marchés. Et j’en fais partie.

Pour rappel, une société cotée en bourse, lorsqu’elle réalise un bénéfice ou qu’elle dispose d’une trésorerie abondante, peut prendre la décision de récompenser ses actionnaires en distribuant une partie de ce matelas financier.

Au-delà de l’intérêt spéculatif d’investir mon argent sur des sociétés en espérant une remontée de leur cours de bourse. Ce que j’ai cherché, c’est à placer mon capital dans des sociétés solides qui proposent un dividende stable et généreux.

J’ai donc privilégié des sociétés du SBF120 (les 120 plus grandes capitalisations boursières sur Euronext Paris). Non seulement ces entreprises ont les reins suffisamment solides pour traverser cette crise sanitaire sans trop de dommages. Mais, en plus, elles proposent un dividende relativement conséquent pour un risque finalement assez relatif.

Découvrir aussi :

Mon portefeuille à haut rendement

Depuis le mois de mars 2020 et le confinement qui s’en est suivi, j’ai commencé à faire mes courses sur des titres massacrés par la crise (Total, BNP Paribas, Publicis Group et Société Générale). J’ai profité de la hausse des actions pendant le premier semestre 2020 pour engendrer des plus-values. Et j’ai ainsi pu constituer un capital plus important.

Depuis cet été, j’ai progressivement formé de nouvelles lignes dans mon portefeuille en augmentant mon exposition globale sur le PEA :

ActionNombre de titresPrix de revient unitaireRendement
EUTELSAT6 9489.53€9.34%
ORANGE4069.88€7.08%

Détail de mon portefeuille boursier (PEA) en mai 2021

Le rendement moyen sur la totalité du portefeuille est donc de 9.21%. Une performance qu’il est très difficile d’obtenir même avec l’immobilier locatif.

Cela signifie que si le montant du dividende versé par ces entreprises ne change pas, les 70 225€ que j’ai investi via mon PEA pendant cette période de coronavirus me rapporteront 6 468€ chaque année à l’avenir avant impôts. Une coquette somme comparé au livret A qui rapporte 0.50% depuis le 1er février 2020 (351€ d’intérêts à titre de comparaison).

Mais la stratégie ne s’arrête pas là.

Réinvestir les dividendes

En effet, mon objectif est d’obtenir une rente de 1 000€ par mois. Or, en l’état actuel, la rente s’élève à 539€ par mois (avant impôts).

Je ne peux donc pas me satisfaire de la situation. Pour y remédier, je vais donc réinvestir les dividendes chaque année dans de nouvelles actions, qui vont-elles aussi me permettre d’augmenter le montant du dividende que je vais percevoir.

L’avantage du PEA dans le cas présent, c’est que les dividendes ne sont pas imposés tant qu’ils ne sortent pas du compte. De cette manière je peux réinvestir la totalité sans me préoccuper de garder une partie de l’argent pour les impôts. D’autre part, les gains générés par le PEA sont exonérés d’impôt sur le revenu 5 ans après le 1er versement (uniquement 17.2% de prélèvements sociaux).

Bien entendu, le cours des actions que j’ai en portefeuille va probablement s’apprécier dans les prochaines années. Acheter de nouvelles actions à un prix plus élevé (ou sur d’autres titres) diminuera le rendement moyen au fur et à mesure. Faisons un test :

Je réinvestis les dividendes dans de nouvelles actions (rendement de 3%)

AnnéeCapital%Dividendes générésDividendes%Dividendes générés
170 225€9.21%6 468€
270 225€9.21%6 468€6 468€3.00%194
370 225€9.21%6 468€13 130€3.00%393.90€
470 225€9.21%6 468€19 991.90€3.00%599.76€
570 225€9.21%6 468€27 059.66€3.00%811.79€
670 225€9.21%6 468€34 339.45€3.00%1 030.18€
770 225€9.21%6 468€41.837.63€3.00%1 255.13€
870 225€9.21%6 468€49 560.76€3.00%1 486.82€
970 225€9.21%6 468€57 515.58€3.00%1 725.47€
1070 225€9.21%6 468€65 709.05€3.00%1 971.27€
Total144 373€

Simulation avec dividendes réinvestis dans des actions à 3% de rendement

Je réinvestis les dividendes dans de nouvelles actions (rendement de 5%)

AnnéeCapital%Dividendes générésDividendes%Dividendes générés
170 225€9.21%6 468€
270 225€9.21%6 468€6 468€5.00%323.40€
370 225€9.21%6 468€13 259.40€5.00%662.97€
470 225€9.21%6 468€20 390.37€5.00%1 019.52€
570 225€9.21%6 468€27 877.89€5.00%1 393.89€
670 225€9.21%6 468€35 739.78€5.00%1 786.99€
770 225€9.21%6 468€43 994.77€5.00%2 199.74€
870 225€9.21%6 468€52 662.51€5.00%2 633.13€
970 225€9.21%6 468€61 763.64€5.00%3 088.18€
1070 225€9.21%6 468€71 319.82€5.00%3 565.99€
Total151 579€

Simulation avec dividendes réinvestis dans des actions à 5% de rendement

D’après les simulations réalisées dans les deux tableaux ci-dessus, si je réinvestis la totalité de mes dividendes en arrivant à obtenir un rendement de 3% sur les nouvelles actions, je me retrouve au bout de 10 ans avec un capital de 144 373€ (70 225€ au départ) et une rente de 8 439€ par an, soit 703€ par mois (avant impôts pour l’ensemble).

Avec la même simulation mais avec un rendement de 5% sur les nouvelles actions, le capital à l’arrivée est cette fois-ci de 151 579€ avec une rente de 10 034€ par an, soit 836€ par mois (avant impôts).

Si on reste sur cette deuxième hypothèse, il manque 364€ de rente mensuelle pour arriver à 1 200€ de dividendes par mois (avant impôts) et donc environ à 1 000€ net d’impôts.

Je réinvestis les dividendes et une épargne de 7 000€ annuelle dans de nouvelles actions (rendement de 5%)

AnnéeCapital%Dividendes générésDividendes%Dividendes générésÉpargne
170 225€9.21%6 468€7 000€
270 225€9.21%6 468€13 468.00€5.00%673.40€7 000€
370 225€9.21%6 468€27 609.40€5.00%1 380.47€7 000€
470 225€9.21%6 468€42 457.87€5.00%2 122.89€7 000€
570 225€9.21%6 468€58 048.76€5.00%2 902.44€7 000€
670 225€9.21%6 468€74 419.20€5.00%3 720.96€7 000€
770 225€9.21%6 468€91 608.16€5.00%4 580.41€7 000€
870 225€9.21%6 468€109 656.57€5.00%5 482.83€7 000€
970 225€9.21%6 468€128 607.40€5.00%6 430.37€7 000€
1070 225€9.21%6 468€148 505.77€5.00%7 425.29€7 000€
Total239 624.06€

Simulation avec dividendes + épargne de 7 000€ par an réinvestis dans des actions à 5% de rendement

Si je réinvestis la totalité de mes dividendes et que j’ajoute une épargne de 7 000€ par an. Le tout, en arrivant à obtenir un rendement de 5% sur les nouvelles actions, je me retrouve au bout de 10 ans avec un capital de 239 624€ (70 225€ au départ) et une rente de 13 893€ par an, soit 1 158€ par mois (avant impôts).

Conclusion

Mon rêve d’obtenir une rente de 1 000€ mensuel dans 10 ans est accessible si j’arrive à garder un rendement équivalent à 9.21% sur mon capital investis actuellement et que je réinvestis l’ensemble de mes dividendes et une épargne de 7 000€ par an pendant les prochaines années à un taux de 5%.

Bien entendu, il ne s’agit pas du seul scénario possible. On pourrait très bien imaginer d’autres alternatives possibles :

  • Le cours des actions que je possède actuellement explose à la hausse dans les prochains mois ce qui me permettrait de réinvestir le capital sur d’autres actions afin d’accélérer le projet.
  • Les sociétés dont je suis actionnaire augmentent leur dividendes dans les années à venir.
  • Réussir à générer des revenus complémentaires avec une dose de trading à court terme via les CFD pour ensuite réinjecter cet argent sur des actions à dividendes par la suite.

Comme vous venez de le constater, il est tout à fait possible d’obtenir une rente. Toutefois, l’idée d’arriver à la liberté financière demande des moyens beaucoup plus importants que dans les simulations que je vous ai présenté.

En savoir plus sur le COURTIER que j’ai sélectionné pour trader sur les marchés financiers

Le Trader du Dimanche

Le Trader du Dimanche est investisseur pour compte propre. Spécialisé dans la formation et la vulgarisation du monde de la bourse, il rassemble, sur sa chaîne YouTube, une communauté de plus de 8 000 membres auprès de laquelle il partage son expérience de plus de 10 années passées sur les marchés financiers.

1 thought on “Devenir rentier en 10 ans : un rêve accessible en bourse ?”

  1. Alexandre dit :

    Hello,

    Totalement d’accord, la bourse est une excellent moyen pour générer des revenus confortables dans le futur. Personnellement, j’ai un peu abandonné l’idée des dividendes (je n’ai pas assez de capital à y allouer).

    Cependant avec mes ventes d’options, je génère environ 1.200 ou 1.500$ (brut) de revenu chaque mois. C’est très rentable (3-4% par mois) mais aussi plutôt risqué. Pourquoi ne pas faire un mix des 2 (option + dividende) pour booster vos revenus, tout en limitant le risque ?

    Alexandre

Comments are closed.

Les autres articles

Masterclass XTB

TESTEZ GRATUITEMENT le COMPTE DÉMO : – CLIQUEZ ICI