Penny stock : un investissement sans risque ?

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler des « penny stocks ». Si tu commences à investir en bourse et que tu es à la recherche d’actions à fort potentiel, ton intérêt s’est probablement porté sur ce groupe d’actions qui ont en commun une particularité. Pour certains, il s’agit d’un type d’action sur lequel il ne faut surtout pas investir au risque de perdre rapidement une partie importante de son capital. Pour d’autres, c’est un moyen facile et rapide d’engendrer des plus-values conséquentes.

Qu’est ce qu’une Penny stock ?

Sa définition est plutôt simple à comprendre. On qualifie de penny stocks, une action d’une société dont le cours de bourse s’échange habituellement en dessous d’un euro. Le terme « penny » faisant référence aux centimes étant donné qu’il en faut 100 pour avoir une Livre sterling.

La grande majorité de ces sociétés sont relativement jeunes et ont une faible capitalisation. On les retrouvent principalement sur les compartiments ACCESS, GROWTH et le compartiment C d’Euronext et se comptent par dizaines. Toutefois, on se rappelle, par exemple, d’Alcatel-Lucent qui faisait partie du CAC40 et qui cotait moins de 1€ pendant une période de quelques mois en 2012.

 

Deux scénarios qui amènent à devenir une penny stocks

Parmi ces penny stocks, il faut donc distinguer deux types d’entreprises :

Il y a celles qui ont connu des difficultés majeures. Qu’il s’agisse d’un problème financier ( manque de trésorerie, maturité de la dette trop courte… ) ou d’un creux dans son activité ( pertes de contrats, législation plus contraignante…), la valorisation boursière de ces sociétés s’est effondrée pour finalement atteindre un cours égal à quelques centimes. La possibilité d’une augmentation de capital dilutive est d’ailleurs, un scénario à prendre en compte avant de se lancer.

De l’autre côté, il y a ces entreprises qui ont un historique assez court parce qu’il s’agit de startups ou tout simplement de petites entreprise qui souhaitent profiter de la bourse pour se faire connaître. Ces dernières n’ont pas les reins solides au niveau financiers mais entame le début d’une aventure qui peut amener leur cours de bourse à être multiplié par 5, 10, 20 ou plus si elles arrivent à grandir et s’accaparer de nouveaux marchés. De la même manière, l’effet inverse est également possible avec à la clé une procédure collective si le pari n’est pas réussi et que la société n’arrive pas à tirer son épingle du jeu ou qu’elle ne dispose pas à dépasser la taille critique pour pouvoir croître.

La manque de liquidité

Une des principales critiques qu’on peut faire aux penny stocks, c’est de souffrir d’un cruel manque de liquidité. Il suffit d’observer le carnet d’ordres pour constater qu’une opération d’achat ou de vente de quelques milliers d’euros peut décaler le cours de plusieurs dizaines de pourcent.

C’est ce qui est arrivé à un particulier qui s’est retrouvé avec des titres d’une société anglaise, achetés à 0.34€, alors qu’au moment de placer son ordre ATP, le cours était de 0.19€. Un résumé des faits est disponible sur le blog du Médiateur de l’AMF. D’ailleurs si vous lisez l’histoire en entier, vous verrez que le médiateur n’a pas été dans le sens de M.B car il estimait que ce dernier ne pouvait pas méconnaître le risque de liquidité sur ce type d’instrument et les conséquences sur le décalage de cours. Si tu ne sais pas ce qui est le médiateur de l’AMF, je t’invite à lire cet article.

Ce constat nous permet aussi de comprendre que ce type d’action n’est pas à la portée des fonds d’investissements ( hedge found ) et des établissements bancaires étant donné que les volumes sont insuffisants. Un investisseur particuliers bien avisé ou ayant de la chance, peut se retrouver à investir dans une penny stock qui deviendra (peut-être) à terme une grande boîte. C’est donc un pari sur l’avenir qui peut s’avérer très rentable.

Une volatilité importante

Investir sur une société dont le cours est inférieur à 1€ est une opération très risquée étant donné que chaque transaction, dans un sens comme dans l’autre, peut affecter sensiblement ta performance, et ce,de plusieurs points.

Prenons un exemple et imaginons une société Z qui est cotée actuellement à 0,25€ sur la place parisienne ( dernière transactions effectuée à ce prix ) et qui possède le carnet d’ordres suivant :

Carnet d'ordres d'une penny stock

Tu décides d’acheter pour 10 000 actions de cette dernière avec un ordre ATP ( au marché ) car tu veux spéculer sur la hausse du titre sur un horizon à court terme. Tu vas donc grappiller l’ordre de vente qui est fixé à 0,26€ et tu vas être servi en totalité car il y a une contrepartie suffisante à la vente.

Quelques minutes plus tard, un vendeur décide de se séparer de ses 500 actions et place un ordre ATP également. Il va se délester de ses titres à 0,25€. Toi avec tes 10 000 actions à 0,26, tu enregistreras une baisse de 3,85 % de la valeur de ton investissement.

Une forte volatilité dans le carnet d'ordres

Des informations plus restreintes

Comme je l’ai dit plus tôt dans l’article, la plupart des penny stocks sont des sociétés cotées sur des compartiments qui accueillent des PME ou des TPE. Euronext leur imposent des règles moins lourdes en terme de transparences. Par exemple, sur le compartiment ACCESS, elles n’ont pas l’obligation d’auditer leurs comptes annuels ni de publier d’états financiers semestriels.

Il est donc plus difficile pour toi comme pour moi de bien comprendre où en est l’entreprise et de lui faire autant confiance qu’un groupe qui dépose tous les 6 mois un bilan audité comme c’est le cas sur les compartiments A, B et C d’Euronext.

De plus leur historique est souvent réduit ce qui nous empêche d’avoir une idée précise de sa manière de faire face à des remous du marché ( gestion de sa dette, capacité à s’adapter à la concurrence…).

Une erreur que font les investisseurs

Je voudrais terminer par un point important. C’est un élément que j’ai rencontré de nombreuse fois pendant mes quelques années en bourse. J’entends souvent certaines personnes dire qu’un titre qui est côté à moins de 1€ n’est pas chère et qu’il est plus intéressant qu’un autre qui serait coté à 100€.

C’est totalement faux et il suffit d’un simple calcul pour le démontrer :

Une société qui est cotée à 0,50€ et qui est composée de 2 millions de titres est valorisée 1 million d’euros

Une société qui est cotée à 100€ et qui est composée de 10 000 titres est valorisée 1 million d’euros

On estime que le prix d’une action est chère (ou le contraire ) seulement après avoir analysé la valorisation de la boîte, à savoir sa capitalisation boursière, qu’on obtient avec ce calcul :

Prix de l’action x nombre de titres en circulation = Capitalisation boursière

Le point où je suis d’accord en revanche, c’est que l’évolution du prix de l’action a un impact sur la gestion de l’entreprise et potentiellement sur l’actionnaire. Je pense notamment au cas d’une augmentation de capital. Plus le prix de l’action est bas, plus l’actionnaire sera potentiellement dilué pour lever un même montant d’argent.

Conclusion

Même si investir sur une penny stock présente certains avantages tels qu’une volatilité plus importante ainsi que la possibilité pour un investisseur particulier de parier sur le succès d’une entreprise avant certains fonds d’investissements par exemple. Il ne faut pas oublier que cette volatilité va dans les deux sens et qu’il est très facile de rester bloqué sur ce type d’investissement en raison de la faible liquidité qui empêche de vendre sans décaler le cours.

 

D'autres articles qui pourraient t'intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *