Quel taux de réussite pour être gagnant en bourse ?

Une stratégie, pour être gagnante en bourse sur le long terme doit générer plus de gains que de pertes. Pour cela, il faut que le plan de trading soit bien étudié, particulièrement pour ceux qui souhaitent s’engager dans le trading à court terme.

J’entends par là, les investisseurs adeptes du daytrading ( qui consiste à prendre une position généralement en début de séance afin de la revendre avant la fin de la journée de bourse ) et du scalping ( qui a pour objectif de multiplier les trades pendant une séance et qui vise à faire un petit gain sur un intervalle de temps très court, de l’ordre de quelques secondes généralement ).

A partir de ce constat, chaque investisseur va se retrouver face à cette interrogation :

Quel est le taux de réussite que je dois obtenir pour être gagnant ?

Pour répondre à cette question, je vais d’abord te parler de l’analyse graphique et son utilité pour établir une stratégie. Ensuite, on verra comment le taux de réussite influe sur la performance d’un trader. Et enfin, je vais t’expliquer pourquoi tu te trompes si tu te concentres uniquement sur le taux de réussite en bourse.

L’analyse graphique pour maximiser son taux de réussite

L’analyse graphique, c’est comme une gare mais sans écran d’affichage. Je sais que des trains vont s’arrêter mais je ne sais pas quand va arriver celui qui peut m’emmener vers ma destination ni sur quel quai. L’autre problème, c’est que les quais sont si éloignés que même en voyant un train arriver, je n’ai pas suffisamment de temps pour atteindre celui situé sur l’autre quai.

Exemple d'une gare pour illustrer l'analyse graphique en bourse

Afin d’optimiser mes futurs trajets, ce que je vais faire, les premiers jours, c’est observer sur chaque quai la périodicité à laquelle chaque train s’arrête à la gare. Dans l’exemple suivant, je constate que le train passe 1 fois tous les 20 minutes sur le quai n°1 alors qu’il passe toutes les 5 minutes sur le quai n°2. A l’avenir, j’ai donc intérêt à patienter sur le quai n°2. De cette manière, j’ai beaucoup plus de chance d’obtenir un train qui pourra m’emmener vers ma destination dans le laps de temps le plus court.

Pour en revenir à l’analyse graphique, le principe est identique. Celle-ci doit te permettre, à partir de ce que tu as pu observer dans le passé, à distinguer des figures ou des tendances qui ont l’habitude de se reproduire afin de maximiser ton taux de réussite lors de tes trades.

Le mythe du taux de réussite

Beaucoup de trader particuliers pensent que s’ils ne réussissent pas en bourse, c’est à cause d’un pourcentage de trades gagnant pas assez élevé par rapport à celui de trades perdant.
Ils se lancent à corps perdu dans l’analyse graphique afin de déceler des schémas récurrents sur certains titres. Le but étant d’avoir un taux de réussite le plus élevé possible.

En soi, cette manière de procéder peut sembler la bonne et c’est ce que montre l’infographie ci-dessous.

Plus le taux de réussite est élevé, plus la stratégie est gagnante

Comme on peut le voir dans l’exemple, lorsque le montant d’un trade gagnant est égal à celui d’un trade perdant, plus le taux de réussite est élevé, plus les gains le sont aussi.

Pourtant, je connais des investisseurs avec un taux de réussite très faible qui affichent des performances bien supérieurs à d’autres qui côtoient les 90 % de trades gagnants.

Optimiser ses gains et réduire ses pertes

Comme tu dois t’en douter, investir en bourse, c’est pas qu’une question de mathématiques. Lorsqu’on investit sur un titre, on peut pas être sûr que le cours va partir directement dans la sens qu’on a anticipé. On a besoin de se laisser une marge. Cette marge que tu te donnes, elle aboutit à un ordre stop loss ( un ordre à cours limité qui va solder ta position sur un montant de perte définit à l’avance ). Le procédé peut être le même concernant les gains ( définir un ordre stop win qui va vendre ta position sur un titre quand l’objectif que tu as fixé en terme de plus-value est touché ).

Seulement, la bourse, ce n’est pas un domaine dans lequel on peut prédire ce qu’il va se passer avec précision. Chaque investisseur essaie donc de positionner ses ordres ( stop loss et stop win ) selon sa propre sensibilité et sa propre conviction concernant la tendance à venir.

Tu vas probablement me dire qu’un trader ayant un faible taux de réussite ne peut pas gagner plus qu’un trader qui obtient un taux de trades gagnants plus important… et pourtant il suffit d’un simple calcul pour te le démontrer.

Optimiser ses niveaux de stop améliore la performance de la stratégie

Comme tu peux le voir dans mon exemple, il suffit de modifier le montant des trades gagnants et celui des trades perdants pour que le résultat soit complètement différent.

Dans l’exemple n°1, une perte a peu d’impact sur la performance de l’investisseur ( -2€ sur son capital ) alors qu’un trade gagnant peut lui rapporter beaucoup plus ( +10€ ). Il peut donc se permettre de perdre de temps en temps.

Au contraire dans l’exemple n°2, l’investisseur a un taux de réussite très élevé ( 90% ) mais gagne peu lorsque sa position est gagnante ( 1€ ). En revanche, quand il rate un trade, sa perte est énorme ( -15€ ). Il suffit d’un trade perdant pour annuler 15 trades gagnants. La place à l’erreur est donc infime.

Pour compenser le faible taux de réussite, il est nécessaire de maximiser les plus-values engendrées par les trades positifs et minimiser les pertes lorsque le cours ne va pas dans le sens souhaité. En adoptant ce type de stratégie, l’investisseur n°1 s’en sort mieux que l’investisseur n°2.

Conclusion

Si tu dois retenir une chose de cet article, c’est que le taux de réussite en bourse ne signifie pas grand-chose à lui seul. Un trader peut être plus performant en ayant un taux de réussite plus faible.

Ce qui est important, c’est de savoir fixer un stop loss sur chaque position afin de couper les pertes à un niveau fixé à l’avance sans avoir à prendre de décisions. En effet, rien de plus dur que d’appuyer soi-même sur la gâchette quand il s’agit de prendre ses pertes.
A l’inverse, on a souvent tendance à prendre nos gains trop rapidement. Or, on a bien vu que fixer un stop win trop court ( petits gains ) peut rendre la stratégie perdante même avec un taux de réussite élevé. Il faut donc savoir l’éloigner suffisamment.

A la fin, il s’agit de trouver l’alchimie parfaite entre taux de réussite et optimisation des stops afin d’obtenir une performance positive sur le long terme.

Le Sous-main du Trader du Dimanche

Télécharge mon sous-main pour avoir toutes les informations nécessaires sur les CFD

D'autres articles qui pourraient t'intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *