Accueil Bourse Actions Price Earning Ratio (PER) : définition, calcul et utilité en bourse

Price Earning Ratio (PER) : définition, calcul et utilité en bourse

Article mis à jour le : 7 juin 2022

Contrairement aux traders qui s’attachent à l’analyse technique pour décider ou non d’entrer en position sur un titre, les investisseurs dont l’horizon de placement est plus lointain se concentrent essentiellement sur l’analyse fondamentale, soit l’analyse des résultats financiers.

Parmi les indicateurs utilisés pour dénicher des opportunités sur les marchés boursiers, le Price Earning Ratio est un outil particulièrement utile pour repérer des entreprise cotées sous-valorisées.

Dans cet article, vous allez découvrir la signification du Price Earning Ratio, son mode de calcul ainsi que son utilité dans vos analyses.

Les informations disponibles dans cet article ne constituent pas un conseil en investissement ou une incitation à investir. Les produits dérivés (CFD, turbos, Futures…) sont réservés à des traders expérimentés conscients des risques de l’effet levier. Les articles présents sur le site sont susceptibles de contenir des liens sponsorisés.

Qu'est-ce que le Price Earning Ratio (définition) ?

Lorsqu’une société est introduite en bourse, sa capitalisation boursière correspond au nombre d’actions en circulation multiplié par le prix de l’action sur le marché.

À titre d’exemple, une entreprise cotée qui possède 1 000 actions en circulation et dont le prix de l’action est de 2 euros est valorisée en bourse à hauteur de 2 000 euros. Cela signifie que le marché évalue la société à 2 000€.

Ce n’est pas forcément sa valeur réelle mais c’est celle que le marché lui attribue à ce moment précis.

Le Price Earning ratio est un indicateur financier qui vise à comparer la valeur boursière d’une entreprise par rapport aux bénéfices qu’elle génère au titre d’un trimestre, d’un semestre ou d’une année.

L’objectif étant d’estimer la cherté d’une société en bourse.

À situation comparable, l’entreprise A qui est valorisée 5 fois ses bénéfices peut paraître plus attrayante (moins chère) pour y investir son argent que l’entreprise B qui est valorisée 15 fois ses bénéfices.

Une sélection de courtiers réglementés
4.6/5
4.5/5
4.2/5
4.2/5

*73% à 89% des comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. 


Price Earning Ratio : le mode de calcul

Le Price Earning Ratio se calcule à partir de deux éléments :

  • La capitalisation boursière de l’entreprise
  • Le résultat net généré par l’entreprise

Le mode de calcul est le suivant (deux méthodes) :

  • Price Earning Ratio = capitalisation boursière / résultat net
  • Price Earning Ratio = Bénéfice net par action (BNPA) / prix de l’action

On en déduit que lorsque la société perd de l’argent, le PER est nul. Et lorsqu’elle réalise du profit, le ratio est positif.

Cas pratique : calculer le PER d'une entreprise cotée

Prenons l’exemple d’une société cotée en bourse dont l’action vient de clôturer la séance à 10 euros et dont le nombre d’actions en circulation est de 10 000 titres.

D’autre part, son résultat net pour l’année N-1 (les derniers résultats connus) est de 10 000 euros.

Méthode de calcul pour obtenir le Price Earning Ratio d'une entreprise cotée en bourse
Méthode de calcul pour obtenir le Price Earning Ratio d'une entreprise cotée en bourse

Comme vous pouvez l’observer dans l’infographie ci-dessus, avant de procéder au calcul du Price Earning Ratio, vous devez au préalable calculer la valorisation boursière de l’entreprise :

Capitalisation boursière = 10€ x 10 000 titres = 100 000€

Par la suite, vous pouvez procéder au calcul du PER :

Price Earning Ratio = 100 000€ / 10 000€ = 10

La société est donc valorisée par le marché, 10 fois ses bénéfices.

Découvrir aussi :

À quoi sert le Price Earning ratio en bourse ?

Le Price Earning Ratio est utile à plusieurs égards.

Il permet notamment de comparer la cherté d’une entreprise par rapport à ses concurrents.

Il agit aussi comme une protection dans le cas où le marché devrait se retourner à la baisse à l’image d’un krach boursier et ainsi limiter les pertes.

Cas pratique : comparer le PER de plusieurs entreprises concurrentes

Imaginons que vous vous baladez dans la rue et vous rencontrez des enfants qui ont décidé d’installer trois stands pour vendre des glaces.

Les trois sont identiques et sont valorisé 100 euros car ils vous proposent d’obtenir 50% de leur stand pour 50€. Toutefois, leurs résultats sont disparates car sur une même journée :

  • Le stand A réalise un bénéfice de 20€/jour
  • Le stand B engrange un bénéfice de 15€/jour
  • Le stand C génère un résultat de 30€/jour
Comparaison du Price Earning Ratio de plusieurs entreprises
Comparaison du Price Earning Ratio de plusieurs entreprises

Le calcul du Price Earning Ratio, appliqué à leurs trois entreprises, donne le résultat suivant :

  • Le PER du stand A est de 5
  • Le PER du stand B est de 6,66
  • Le PER du stand C est de 3,33

Les données précédentes permettent de constater qu’à valeur égale, c’est le stand C qui est le plus rentable.

Sur une journée, il réussit à dégager un bénéfice supérieur aux deux autres stands et possède le Price Earning Ratio le plus faible car il n’est valorisé que 3 fois ses bénéfices.

En tant qu’investisseur, vous avez donc tout intérêt à placer votre argent dans le stand C car il est le plus sous-valorisé des trois.

Quelles sont les limites du Price Earning ratio ?

La principale limite du Price Earning Ratio est qu’il ne reflète pas toujours correctement les performances d’une entreprise.

En effet, une société qui cède une partie de son activité dégage un résultat exceptionnel qui va impacter à la hausse où à la baisse le résultat net de la société sur un exercice.

Pour autant, son bénéfice ne sera plus impacté par cet élément lors des prochains exercices, ce qui peut fausser l’analyse comme vous pouvez le constater dans l’infographie ci-dessous.

Le résultat exceptionnel peut fausser l'analyse du Price Earning Ratio
Le résultat exceptionnel peut fausser l'analyse du Price Earning Ratio

Il existe d’autres éléments comme l’endettement, qu’il faut regarder d’un œil attentif.

Une société peut avoir un faible PER et donner l’impression d’être sous-valorisée.

Toutefois, ce ratio peut masquer un fort endettement, soit un risque de dilution dans le cas où la société serait amener à réaliser une augmentation de capital pour diminuer le poids de sa dette.

Un exemple parlant est celui de la société Solocal Group, une société profitable depuis de nombreuses années mais qui, du fait d’un fort endettement et d’un enchaînement successif d’opérations capitalistiques (augmentation de capital), a vu sa valorisation boursière chuter drastiquement malgré un PER attrayant.

Conclusion

Le calcul du Price Earning Ratio (PER) permet de comparer le niveau de rentabilité d’une entreprise avec celles de son propre secteur d’activité.

Il permet dans certains cas de détecter des sociétés sous-valorisées et donc potentiellement intéressante à acquérir. Ceci en vue de réaliser une plus-value sur le long terme lorsque le marché aura corrigé l’anomalie.

Cependant, il ne faut pas utiliser cet outil seul car il existe plusieurs éléments qui ne sont pas pris en compte tel que l’évaluation de l’endettement ou le résultat exceptionnel.

Questions fréquentes

Quels sont les autres ratios utilisés par les investisseurs ?

Parmi les ratios les plus populaires chez les adeptes de l’analyse fondamentale, vous avez :

  • Le Price to Book
  • Le taux de distribution
  • Le rendement net

Où trouver les résultats des entreprises cotées en bourse ?

Les entreprises cotées en bourse ont l’obligation de publier leurs résultats selon une périodicité définie par la place de marché sur laquelle l’action est négociée.

Vous pouvez retrouver les communiqués, résultats financiers, prospectus d’AG sur leurs sites internet.

Le Trader du Dimanche

Titulaire de la certification AMF, Guillaume Van iseghem est spécialisé dans la formation et la vulgarisation du monde de la bourse et des produits dérivés. Il rassemble, sur sa chaîne YouTube, une communauté de plus de 11 000 membres auprès de laquelle il partage son expérience de plus de 13 années passées sur les marchés financiers.


*Investir comporte des risques. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les instruments financiers fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent. 73% à 89% des comptes d’investisseurs de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. 




Testez gratuitement le compte démo

X